Sécurité

Vol. L No. 2 2013

Le deuxième numéro de 2013 de la Chronique de l'ONU porte sur l'évolution de la nature de la sécurité dans un monde globalisé. Les questions qui sont examinées dans ce numéro incluent la sécurité urbaine; la biosécurité; la cybercriminalité; la croisée des chemins entre le changement climatique et la sécurité mondiale; et les pandémies. 

Les événements extrêmes qui ont eu lieu récemment dans le monde nous rappellent de manière drastique les perturbations environnementales que connaît notre planète, dont beaucoup sont liées au changement climatique. La dernière décennie a vu un nombre exceptionnel de vagues de chaleur extrêmes qui ont eu de graves conséquences.

Lors des débats sur la politique nationale en matière de cybersécurité, les mêmes arguments sont avancés. Les actes de cyberguerre, de cyberespionnage, de piratage informatique ou de cyberterrorisme portent atteinte à l’intérêt national et appellent donc à une cyberdéfense nationale.

L’évolution rapide de l’environnement mondial a un impact sur la nature du travail effectué par les consuls et sur leurs conditions de travail. Parmi les défis importants auxquels ils sont confrontés figure l’émergence de nouveaux risques sécuritaires qui menacent la paix, la sécurité et le développement.

Partout dans le monde, la construction d’immeubles et d’autres infrastructures est en plein essor dans les villes. Dans certaines villes, les niveaux d’investissements peuvent être inappropriés et très insuffisants.

La sécurité urbaine, comprise comme l’absence d’une menace sérieuse engendrée par la criminalité et la perception subjective de la protection, dépend aujourd’hui de plusieurs facteurs structuraux et locaux.Plus de la moitié de la population mondiale vivant actuellement dans des villes, l’urbanisation est devenue l’un des premiers aspects structuraux qui influence les villes et leur sécurité.

Cet article résume les résultats d’un rapport d’évaluation qualitative des risques réalisé par l’Institut interrégional de recherche des Nations Unies sur la criminalité et la justice (UNICRI) afin d’examiner les implications pour la biosécurité des progrès de la biologie de synthèse et de la nanobiotechnologie.

Les pandémies sont principalement des flambées de maladies infectieuses qui se transmettent d’un être humain à un autre et se propagent dans le monde. Au-delà des conséquences débilitantes, parfois fatales pour les personnes touchées, elles ont des conséquences négatives sur les plans social, économique et politique.

Le crime organisé, en particulier le trafic de drogues, a fait l’objet d’une attention accrue par le Conseil de sécurité des Nations Unies, comme le requiert le point focal coordonné donné par les divers organes des Nations Unies et le Secrétaire général.

Les technologies de l’information et de la communication (TIC) sont à la fois un puissant catalyseur de la croissance et de l’innovation et la source de cybermenaces asymétriques.

Dans le domaine de la cybercriminalité, cinq ans est une période très longue qui a vu se développer rapidement l’économie numérique clandestine, le hacktivisme et les réseaux d’ordinateurs zombies.