Réaliser les objectifs de la santé dans le monde

[name]
Vol. XLVII No. 2 2010

Les aborigènes d'Australie et les insulaires du détroit de Torrès représentent 2,5 % de la population australienne et continuent de souffrir de manière disproportionnée des conséquences de la colonisation européenne dans le pays. Leur espérance de vie est réduite de 10 ans par rapport à celle du reste de la population, les taux de décès sont deux fois plus élevés dans toutes les tranches d'âge et les lésions auto-infligées chez les hommes entre 2001 et 2005 figurent parmi les causes principales de décès. Bien que nous ne disposions pas de données nationales définitives sur l'incidence et la prévalence des troubles mentaux parmi les Australiens aborigènes et les habitants des íles du détroit de Torrès, il est clair que de grandes disparités existent dans le domaine de la santé mentale.

Les maladies chroniques, non transmissibles, comme les maladies cardiovasculaires, le cancer, les maladies respiratoires chroniques et le diabète, ont un impact considérable sur la santé humaine ainsi que sur l'économie. Elles diminuent la qualité de vie des patients, sont la cause de mort prématurée et entraínent d'autres conséquences néfastes. Ces maladies sont devenues la cause principale de mortalité dans le monde et ont été responsables de 60% des décès dans le monde, soit 35 millions, en 2005.

Comme le monde change ! Il y a une quinzaine d'années à peine, en 1994, je collaborais à la rédaction d'une grande étude de la Banque mondiale, Pour une meilleure santé en Afrique. Aujourd'hui, j'occupe le poste de Président-directeur général de l'Association des Nations Unies des États-Unis d'Amérique (UNA-USA) et j'ai le privilège d'observer les questions de santé mondiales. Ces expériences me permettent d'évaluer les changements qui sont survenus dans les institutions mondiales de santé, les politiques de santé et le financement.

«Faisant partie d'une très petite minorité de photographes professionnels autochtones en Australie, je considère qu'il est de mon devoir d'enregistrer et de documenter ma culture dans sa forme la plus authentique. Mon travail documentaire social est centré sur la santé et l'éducation car, selon moi, ce n'est que lorsque nos communautés accéderont aux soins de santé nécessaires que nous serons à même de nous concentrer sur le développement des compétences appropriées dans le domaine de l'éducation qui nous permettront d'assumer notre identité culturelle. L'Australie autochtone est une communauté moderne progressiste qui perpétue la relation à la Terre et aux pratiques traditionnelles tout en évoluant et en s'adaptant à la culture du XXI e siècle. » -- Wayne Quilliam

Lors de la soixante-troisième session de l'Assemblée de l'Organisation mondiale de la santé, qui s'est tenue en mai 2010 à Genève, la maítrise des maladies infectieuses a été en tête de l'ordre du jour. Compte tenu de l'attention soutenue accordée aux progrès accomplis vers la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement liés à la santé, à l'éradication de la poliomyélite, à la mise en œuvre du Règlement sanitaire international, aux mesures prises pour lutter contre les médicaments de contrefaçon et à la préparation à la grippe, il est resté peu de temps pour débattre de l'un des grandes responsables des décès : les maladies non transmissibles ou maladies chroniques.

Il est tout à fait pertinent d'examiner l'évolution de l'épidémie du VIH/sida dans le contexte de la santé mondiale. L'un des aspects essentiels de la santé mondiale en tant que terrain d'étude et de pratique est qu'elle a pour objectif non seulement d'améliorer la santé dans le monde mais aussi de réduire les inégalités entre les peuples - des inégalités qui sont, en soi, des injustices. Il n'y aura aucune amélioration significative dans le domaine de la santé mondiale à moins que les nations et leurs acteurs constituants ne travaillent ensemble dans ce but. La lutte contre le sida constitue et constituera un test important de la capacité des nations à collaborer, et les caractéristiques de l'infection soulignent clairement les inégalités qui doivent être éliminées dans les pays et entre ceux-ci.

Toutes les minutes, une femme meurt dans le monde de complications liées à la grossesse et à l'accouchement, ce qui représente plus de 500 000 femmes chaque année, 99 % de ces tragédies survenant dans les pays en développement.

Le paludisme, la maladie parasitaire tropicale transmise par le moustique la plus mortelle au monde, provoque la mort d'un million de personnes et en touche un milliard dans 109 pays en Afrique, en Asie et en Amérique latine. La réduction de son impact renforcera significativement les efforts menés en vue d'atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement, convenus par tous les États Membres des Nations Unies. Les variations des conditions climatiques, comme la température, le régime des précipitations et l'humidité, ont un effet important sur la durée de vie du moustique, sur le développement des parasites du paludisme dans le moustique et, ensuite, sur la transmission de la maladie.

Le « court XXe siècle », tel qu'Eric Hobsbawm l'a défini en 1995, a été marqué par d'importants progrès économiques, sociaux, techniques et scientifiques qui ont amélioré la qualité de vie et la santé de millions de personnes dans le monde. Toutefois, en tant qu'« âge des extrêmes », une autre formule d'Hobsbawm, le processus de mondialisation a créé non seulement d'énormes disparités internationales mais aussi de graves problèmes d'ordre social et sanitaire, en particulier dans les pays exclus des axes centraux de l'économie mondiale.

Le photographe Adam Nadel et l'illustrateur Kako ont créé ensemble un roman graphique décrivant le processus de transmission du paludisme. La série de photos « Paludisme : sang, sueurs et larmes » a été créée par Nadel pour le Malaria Consortium. Pictures of the Year International lui a décerné un prix d'excellence. Une exposition, parrainée par le Partenariat Faire reculer le paludisme, a été présentée aux Nations Unies jusqu'au 26 mai 2010. Le roman graphique fait partie de la collection récompensée.

En 1978, la Déclaration d'Alma-Ata issue de la Conférence sur les soins de santé primaires a mis en évidence l'importance des soins de santé primaires comme moyen d'accéder à un niveau acceptable de santé pour tous. L'initiative était ambitieuse. La Déclaration a été adoptée en réponse aux inégalités qui existent dans la situation sanitaire des populations et a proposé une stratégie pour réduire ces écarts en préconisant un changement fondamental des systèmes de santé et de la fourniture des soins. Comme le déclarait la Déclaration, une politique éclairée, qui fait de l'accès équitable aux soins de santé un objectif explicite, peut améliorer le niveau de santé des populations, leur permettre de mener une vie sociale et économique satisfaisante et de devenir ainsi le moteur du développement.

La Déclaration des droits de l'enfant, élaborée par Eglantyne Jebb en 1923 et adoptée par la Société des Nations en 1924 a été la première fois qu'un document s'attachait à promouvoir les droits de l'enfant. Le 20 novembre 1959, l'Assemblée générale des Nations Unies adoptait sa propre version beaucoup plus développée comprenant dix principes au lieu des cinq originaux. La Convention relative aux droits de l'enfant des Nations Unies a été le premier instrument international juridiquement contraignant à inclure tous les droits de l'homme, décrivant les besoins et les droits spécifiques des enfants. Ces droits comprenaient les droits économiques, politiques et sociaux ainsi que certains aspects du droit humanitaire. La Convention relative aux droits de l'enfant a été signée en 1989, mise en œuvre en 1990 et, depuis mai 2010, 140 États parties l'ont signée et 193 l'ont ratifiée, acceptée ou y ont adhéré en formulant des réserves ou des interprétations, y compris tous les États membres des Nations Unies, sauf la Somalie et les États-Unis qui l'ont seulement signée.

Les maladies liées au mode de vie ont en commun des facteurs de risque similaires associés à l'exposition prolongée à trois comportements quotidiens (tabagisme, régime alimentaire déséquilibré et inactivité physique) et engendrent des maladies chroniques, en particulier les cardiopathies, les accidents vasculaires cérébraux, le diabète, l'obésité, le syndrome métabolique, la bronchopneumopathie chronique obstructive et certains types de cancers.

Les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) qui découlent de la Déclaration du Millénaire des Nations Unies accordent une place prioritaire à la santé mondiale pour le siècle. Leur réalisation est essentielle pour garantir la paix mondiale et la stabilité économique ainsi que pour traiter les problèmes essentiels relatifs aux droits de l'homme, à l'égalité et à l'équité.