Pour Un Monde Vert!

[name]
Vol. XLIV No. 2 2007

Quand les nations industrialisées du G-8 se sont réunies à Heiligendamm, en Allemagne, le 6 juin 2007, les limites ont été fixées. Sur le réchauffement climatique, deux camps adverses se sont affrontés.

En 2001, j'ai lu dans un article sur le changement climatique paru dans le magazine Time que les températures pourraient augmenter de 3 à 4 °C au cours des 100 prochaines années. J'ai soudain réalisé que cela se produirait au cours de la vie de mes enfants.

La Campagne pour un avenir durable est un programme conçu par une équipe internationale en coordination avec l'Association autrichienne des jeunes et des étudiants des Nations Unies qui vise à fournir une plate-forme éducative pour sensibiliser les jeunes et encourager les efforts dans le domaine de l'environnement.

Dans un monde de plus en plus soumis à des limites sur les émissions de carbone, les technologies de l'énergie solaire représentent un des moyens les moins polluants pour produire de l'électricité. L'énergie solaire ne produit pas d'émissions de gaz à effet de serre et les évaluations de cycle de vie montrent qu'elle a une empreinte carbone réduite par rapport aux combustibles fossiles.

La région arabe, qui regroupe 21 pays, s'étend de l'Afrique du Nord à l'Asie du Sud-Ouest et a une superficie totale qui dépasse 14 millions de km2. Elle est constituée de plaines, de plateaux, de vallées arides, de hauts plateaux relativement limités et de régions montagneuses.

Nous avons tenté de répondre aux effets négatifs de la technologie moderne grande consommatrice d'énergie en inventant de nouvelles techniques architecturales. Alors que cette démarche est inévitable, je propose d'allier le savoir-faire de nos ancêtres avec les innovations technologiques modernes afin d'obtenir des résultats significatifs en matière d'architecture durable.

Dans les Alpes, l'absence de neige oblige les stations de skis à produire de la neige artificielle, a écrit Laura MacInnis dans son article « Fake Snow in the Alps: Moscow Blooms: Green Christmas ? », publié le 13 décembre 2006 par l'agence de presse Reuters. Les marguerites sont en fleurs près du Kremlin et les commerçants se plaignent du manque de motivation des Européens à faire leurs courses de Noël durant l'hiver le plus doux qu'ait connu l'Europe.

Le développement durable est une un élément important du Mécanisme pour un développement propre (MDP) établi dans le cadre du Protocole de Kyoto.

Imaginez : on est en 2007. La Chine consomme 15 % de l'énergie mondiale. La Californie a imposé un rationnement de l'eau permanent. Les organisations d'aide humanitaire mettent en garde que les récentes pluies font resurgir le spectre de la faim généralisée en Afrique australe et, en Grèce et en Turquie, des cas de paludisme sont signalés par des estivants.

Les preuves scientifiques montrent de plus en plus clairement que les avantages d'une action ferme et précoce l'emportent de loin sur les coûts de l'inaction. Si nous ne réduisons pas sensiblement et rapidement les émissions de gaz à effet de serre (GES), nous risquons de connaítre un bouleversement des systèmes environnementaux, économiques, de santé, moraux et politiques qui sont liés et qui constituent la base de la civilisation telle que nous la connaissons.

Depuis les deux dernières décennies, plus de 200 millions de personnes sont touchées en moyenne chaque année par les catastrophes naturelles.

Vingt ans après que le rapport Brundtland affirmait qu'il était dans l'intérêt de tous les peuples et de toutes les nations d'établir des politiques de développement durable, le rythme s'est enfin accéléré. Malgré les graves questions politiques et de sécurité que les hommes politiques s'efforcent de traiter avec efficacité, l'importance du développement durable dans le contexte mondial a été davantage reconnue et même généralisée dans certains pays au cours des deux dernières années.

Au XXIe siècle, le changement climatique mondial affectera tous les aspects de la vie sociale. Les mesures nécessaires pour relever les défis causés par le réchauffement de la planète et atténuer ses effets va bien au-delà de la transition technologique des processus de production et des changements de comportements en matière de consommation. L'avenir des villes et de l'environnement urbain subira aussi des modifications.

Les jeunes et les enfants des générations futures ont le droit à un avenir propre - ils ne souhaitent pas hériter d'un monde toxique, radioactif, pollué et phagocyté par le carbone. La Campagne pour un avenir durable est un programme conçu par une équipe internationale en coordination avec l'Association autrichienne des jeunes et des étudiants des Nations Unies qui vise à fournir une plate-forme éducative pour sensibiliser les jeunes et encourager les efforts dans le domaine de l'environnement.

Avec son important secteur industriel représentant une force économique considérable, la Chine enregistre une augmentation de son produit intérieur brut (PIB) d'environ 10 % par an. Mais alors que les usines de production participent activement à l'essor de la prospérité nationale, leur rapide expansion constitue une menace pour l'environnement et accentue l'utilisation inefficace et coûteuse des ressources énergétiques qui sont des obstacles au développement durable et contribuent au changement climatique.

Dans son résumé à l'intention des décideurs, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) indique que l'augmentation des concentrations de carbone de dioxyde (CO2) dans l'atmosphère est principalement due à l'utilisation de combustibles fossiles et, dans une moindre mesure mais qui est toutefois importante, aux changements d'affectation des terres.

Le changement climatique transforme la façon dont nous concevons la sécurité. « Ce n'est pas la première fois que les hommes se battent pour l'accès aux terres, à l'eau et aux ressources, mais cette fois le combat se fera à une échelle qui éclipse les conflits du passé. » C'est en ces termes que s'exprimait un représentant congolais lors du débat du Conseil de sécurité de l'ONU en avril 2007. Le délégué français, lui, a parlé de « menace numéro un pour l'avenir de l'humanité ».

Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du changement climatique (GIEC) a été établi en 1998 par l'Organisation météorologique mondiale (OMM) et le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) pour évaluer les effets potentiels du changement climatique mondial.

Le réchauffement climatique est devenu un sujet couvert régulièrement par les médias, ponctué de déclarations alarmantes de chefs de gouvernement, de scientifiques ou d'écologistes. En outre, la fonte des glaciers, les situations météorologiques erratiques, la sécheresse, les incendies de forêts et la prolifération des espèces envahissantes de la flore et de la faune dans de nouvelles régions sont des phénomènes attribuables aux changements climatiques auxquels les populations sont de plus en plus confrontées.

Depuis que j'ai assisté à la Conférence de Kyoto sur les changements climatiques en 1997, j'ai suivi avec un grand intérêt le développement du débat international sur cette question. Il existe peu de forces pouvant modifier littéralement le paysage mondial comme le changement climatique. La hausse du niveau des océans, la fonte des glaces, le dessèchement des lacs et la transformation des forêts tropicales humides en savanes sont des phénomènes causés par le changement climatique.

Le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) désigne l'Arctique circumpolaire comme le « baromètre » mondial du changement climatique. Les 160 000 Inuits qui vivent dans le nord du Canada, au Groenland, en Alaska et à Chukotka, en Russie, sont depuis près de 20 ans les témoins du changement de l'environnement naturel causé par le réchauffement climatique.Le réchauffement climatique est devenu un sujet couvert régulièrement par les médias, ponctué de déclarations alarmantes de chefs de gouvernement, de scientifiques ou d'écologistes.

Au cours des semaines et des mois à venir, les trois Envoyés spéciaux sur le changement climatique nommés par le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, feront une visite éclair dans les capitales importantes pour construire un consensus solide et durable sur l'action à mener pour lutter contre le changement climatique.

La viabilité de l'environnement, le changement climatique et l'énergie propre, la sécurité énergétique et l'accès aux sources d'énergie en particulier sont actuellement des sujets importants de préoccupation. Face aux questions posées par le changement climatique, le concept de développement durable a reçu un contenu concret et a inspiré un sentiment d'urgence.

Le changement climatique est devenu l'un des défis environnementaux les plus importants auxquels le monde est confronté. Il y a vingt ans aux Nations Unies, Gro Harlem Bruntland, ancienne Première ministre de Norvège et ancienne directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé, attirait l'attention du monde entier sur la menace que le changement climatique fait peser sur l'environnement mondial.

Le changement climatique est une menace reconnue et grave à laquelle l'humanité est confrontée. Personne n'y échappe. Les effets de la variabilité et du changement climatiques sur les systèmes humains et naturels posent des défis considérables pour la réalisation de l'objectif visant à réduire la pauvreté et à réaliser le développement durable.

Les enjeux du changement climatique sont si vastes et si importants qu'il serait peut-être judicieux de concentrer notre attention sur les mesures pratiques à prendre pour nous adapter au réchauffement de la planète et en réduire les effets négatifs.

S'il existe une question qui frappe au cœur de ma nation, le Tuvalu, c'est bien celle du changement climatique. Le Tuvalu est un petit atoll corallien situé au centre de l'océan Pacifique. L'environnement marin est un élément important de notre vie. Nous vivons des produits de la mer, le poisson étant notre principale source de protéines.

Au milieu du débat international actuel sur le réchauffement climatique, il est intéressant de noter qu'il a fallu deux générations aux Nations Unies et à la communauté internationale pour parvenir à ce résultat.

La dernière réunion de la Commission du développement durable (CDD 15) a examiné les liens qui existent entre le changement climatique, l'énergie, la pollution atmosphérique et le développement industriel. Le changement climatique suscite les plus grandes préoccupations de la part du Secrétaire général des Nations Unies et des gouvernements du monde entier.

Quand les nations industrialisées du G-8 se sont réunies à Heiligendamm, en Allemagne, le 6 juin 2007, les limites ont été fixées. Sur le réchauffement climatique, deux camps adverses se sont affrontés.