La solidarité entre les peuples

[name]
Vol. XLIV No. 3 2007

La Décennie de l'inclusion des Roms est une initiative de pays européens sans précédent qui réunit les gouvernements ainsi que les organisations intergouvernementales et non gouvernementales afin d'éradiquer la discrimination raciale et d'améliorer la situation de la communauté marginalisée la plus peuplée.

« L'éducation est l'arme la plus puissante pour changer le monde. »
-- Nelson Mandela

En 1888, le Brésil fut le dernier pays de l'hémisphère occidental à abolir l'esclavage. Le pays était composé d'une grande majorité de Noirs et de métis. Au cours des trois siècles d'esclavage en Amérique, le Brésil a été le plus grand importateur d'esclaves africains, déportant sept fois plus d'esclaves africains que les États-Unis.

La discrimination raciale est généralisée dans le système juridique américain, comme le prouve l'exemple suivant.

Avec une proportion de plus en plus importante de leur population en détention, en liberté conditionnelle ou à risque, les communautés autochtones du monde sont confrontées à un problème sérieux.

Il y a quatre ans, à Douglasville, en Géorgie, Gernarlow Wilson, un lycéen âgé de 17 ans, commettait une faute fatale qui allait faire basculer sa vie. Lors du réveillon du Nouvel An, il a eu des rapport sexuels avec une jeune fille de 15 ans consentante.

Le système carcéral américain actuel est un immense système de répression, sans précédent dans l'histoire de l'humanité. Jamais jusqu'à présent un pays qui prétend être terre de liberté a nié les libertés fondamentales à un si grand nombre de citoyens.

En avril, j'ai eu le privilège de faire partie d'un panel d'universitaires à l'occasion d'une série d'événements parrainés par le secrétariat de CARICOM et organisés aux Nations Unies pour commémorer le 200e anniversaire de l'abolition de la traite transatlantique des esclaves aux États-Unis et en Grande-Bretagne.

Les militants contre le racisme ont été occupés au cours des derniers mois. Le racisme, la xénophobie et les activités d'extrême droite dans et hors des stades de football ont suscité de vives inquiétudes. Même si la saison de football 2007-2008 a à peine commencé en Europe, nous avons déjà connu une escalade d'incidents sérieux.

En Allemagne aujourd'hui, les élèves apprennent dès un jeune âge à ne pas nier leur passé. Les professeurs d'histoire leur expliquent que ce qu'ont fait leurs grands-parents pendant la Deuxième Guerre mondiale ne s'applique pas directement à eux.

Depuis leur création, les Nations Unies ont joué un rôle important dans la lutte contre la discrimination raciale.

Au cours des deux dernières décennies, l'Amérique latine a connu un essor économique important en termes de croissance économique soutenue, s'accompagnant d'une augmentation des salaires moyens et d'une baisse des taux de mortalité infantile. Toutefois, ces progrès sont lents dans le domaine du développement.

On ne peut nier l'existence du racisme en Europe. Nous sommes fiers d'avoir des systèmes démocratiques avancés, un cadre juridique qui protège et garantit les droits des citoyens et un État-providence qui offre des services de base à tous les citoyens. Mais aucune société européenne n'est exempte du racisme.

"Selon la Convention internationale sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale (CERD), « les États parties s'engagent à interdire et à éliminer la discrimination raciale sous toute ses formes et à garantir le droit de chacun à l'égalité devant la loi sans distinction de race, de couleur ou d'origine nationale ou ethnique »,

Lors des discussions sur la discrimination à l'égard des populations autochtones, il est tentant de paraphraser un préambule de la Convention pour la prévention et la répression du crime du génocide qui dit qu'à toutes les périodes de l'histoire, la discrimination, sous ses formes, a infligé des grandes pertes à l'humanité1.

Lors des discussions sur la discrimination à l'égard des populations autochtones, il est tentant de paraphraser un préambule de la Convention pour la prévention et la répression du crime du génocide qui dit qu'à toutes les périodes de l'histoire, la discrimination, sous ses formes, a infligé des grandes pertes à l'humanité1.

L'objet de cet article est d'examiner le thème de la discrimination raciale dans le contexte de l'élaboration des politiques de l'éducation.

Dans son ouvrage très intéressant, Racism : A short History, George M. Fredrickson, historien à l'université de Stanford, note le paradoxe selon lequel les notions d'égalité humaine ont été les conditions préalables à l'apparition du racisme.

Après neuf années passées à la tête de l'Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes, qui a été remplacé par l'Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne, je voudrais partager mon expérience sur la question de la discrimination raciale et examiner huit domaines de besoins et d'opportunités qui restent largement inexploi

Après neuf années passées à la tête de l'Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes, qui a été remplacé par l'Agence des droits fondamentaux de l'Union européenne, je voudrais partager mon expérience sur la question de la discrimination raciale et examiner huit domaines de besoins et d'opportunités qui restent largement inexploi

Au cours des dernières années, les pays industrialisés se sont plaints du nombre élevé de demandes d'asile qui ont été déposées et ont adopté des politiques de plus en plus strictes destinées à endiguer la vague de réfugiés et à assurer la protection des frontières.

Depuis sa création en 1945, l'Organisation des Nations Unies a mené un combat sans relâche contre le racisme et la discrimination raciale, prenant comme cadre le préambule de la Charte sur la question des droits de l'homme : « Nous les peuples des Nations Unies, résolus [.] à proclamer à nouveau notre foi dans les droits fondamentaux de l'homme,

Depuis sa création en 1945, l'Organisation des Nations Unies a mené un combat sans relâche contre le racisme et la discrimination raciale, prenant comme cadre le préambule de la Charte sur la question des droits de l'homme : « Nous les peuples des Nations Unies, résolus [.] à proclamer à nouveau notre foi dans les droits fondamentaux de l'homme,

En 2002, en me rendant au Congrès américain pour participer à un débat sur l'éducation des Roms, le chauffeur de taxi m'a demandé d'où je venais et quelle était la raison de mon voyage. Je lui ai répondu que je venais pour témoigner devant le Congrès des problèmes auxquels les Roms sont confrontés en matière d'éducation.

Dans les années 1930, l'Europe a été déchirée par le nazisme. Quand la Deuxième Guerre mondiale a pris fin en 1945, les partis d'extrême droite ont réapparu en marge des courants politiques.

Les Caraïbes représentent sans doute un laboratoire vivant de la dynamique des rencontres entre l'Afrique et l'Europe en terre étrangère, et aussi avec les Américains indigènes qui peuplaient le territoire des Amériques pendant les périodes de la conquête et de la déshumanisation et celles du combat et de la résistance qui s'ensuivirent.

Actuellement, à la fois dans le système international et le système interaméricain pour la protection des droits de l'homme, il existe des instruments qui obligent les États à garantir le respect des droits de tous les êtres humains, sans distinction de race, de sexe, de religion ou d'opinion politique.

Aujourd'hui, les formes de racisme et de discrimination raciale sont complexes et inquiétantes. En Europe, ces questions sont de plus en plus au cœur des préoccupations politiques et sociales.

La non-discrimination remonte à l'origine du concept des droits de l'homme. L'histoire des droits de l'homme a été marquée par le refus de différencier les individus selon leur origine nationale, ethnique ou sociale, la religion et le sexe, ainsi que par la lutte contre l'esclavage.