La citoyenneté mondiale

[name]
Vol. LIV No. 4 2017

Ce numéro traite de la citoyenneté mondiale, définie comme le concept que l'identité transcende, même si elle respecte les frontières géographiques et nationales, et que nos actions sociales, politiques, environnementales et économiques se déroulent dans un monde interconnecté. Les articles examinent, entre autres, le lien entre la réduction des inégalités et la citoyenneté mondiale, la sauvegarde de la diversité culturelle et linguistique, et les droits et responsabilités dérivant du fait d'être un citoyen du monde.

Dans ce numéro de la Chronique de l’ONU, nous avons invité des contributeurs éminents à partager leur point de vue sur la nature de la citoyenneté mondiale et à explorer comment ce concept peut être traduit en solutions aux défis et aux préoccupations mondiaux.

La citoyenneté mondiale n’est pas une idée nouvelle, mais le concept sous sa forme actuelle a joué un rôle important dans le processus qui a débuté avec la création des Nations Unies en 1945 et l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’homme en 1948 et qui s’est poursuivi avec l’adoption des objectifs de développement durable et les Accords de Paris en 2015.

Les effets éducatifs sont amplifiés si l’école adopte un programme d’enseignement où les compétences requises sont ciblées pour développer l’engagement civique et politique des étudiants

Le concept de citoyenneté mondiale devrait, selon moi, être plus important que jamais. Alors que nous attestons des effets de nos actions sur l’environnement, sur nos sociétés et sur chacun d’entre nous, nous devons être conscients de l’ampleur de notre impact et utiliser cette conscience pour le bien-être de l’humanité.

Il y quelques mois, la National Urban League a présenté le Main Street, notre nouveau Marshall Plan : From Poverty to Prosperity, un plan détaillé de développement économique et de réforme institutionnelle visant à transformer les quartiers pauvres et à réduire les inégalités structurelles en Amérique.

Nous sommes arrivés à un point où les éducateurs doivent réfléchir à leur rôle en tant que défenseurs de la citoyenneté mondiale. Une introspection consciencieuse peut nous aider à déterminer si notre esprit insulaire ne nous empêche pas de devenir des éducateurs mondiaux efficaces et de changer réellement les étudiants d’aujourd’hui.

L’autoreprésentation permet aux personnes handicapées de comprendre leurs droits et leurs responsabilités, de défendre leurs intérêts et de faire des choix concernant leur vie personnelle. Elle leur permet de faire entendre leur voix et de surmonter la tyrannie des faibles attentes.

Les jeunes jouant un rôle de premier plan en matière d’utilisation des technologies de l’information, ils sont les mieux équipés et notre meilleur atout pour mener à bien cette tâche et promouvoir la citoyenneté mondiale.

La langue et la culture sont étroitement liées et interdépendantes, façonnant la personnalité et servant à transmettre le savoir. Elles contribuent à la perception que nous avons des autres et peut déterminer le groupe avec lequel nous nous identifions.

Je veux être à la tête d’une ville qui accorde de l’importance à l’intégrité, où tous ses habitants ont une raison d’espérer.

Les idéaux de la citoyenneté mondiale comprennent la notion d’une culture de la paix et de la non-violence et peuvent être encouragés à la maison et à l’école en établissant des liens entre les informations, la littérature et la musique populaire dans des discussions portant sur des sujets d’actualité et des sujets historiques, en enseignant une pensée et une opinion critiques respectueuses et en mettant l’accent sur la compassion et la coopération face aux forces multiples qui donnent la priorité à la concurrence.

Il est donc indispensable d’adopter une approche globale et intégrée comprenant les trois piliers des Nations Unies, la paix et la sécurité, le développement et les droits de l’homme. Nous devons aussi examiner les aspects fondamentaux du problème en question, c’est-à-dire l’état d’esprit, les attitudes, les orientations et les relations avec les autres.

Il incombe à la société civile d’expérimenter les modèles de la citoyenneté mondiale, de comprendre les peuples et la planète, de se soucier d’eux et d’agir en leur nom en adoptant des principes et des pratiques écologiques et socialement inclusifs. La citoyenneté mondiale transforme le monde de l’art, celui des affaires, la culture, l’éducation, les droits de l’homme et les droits des travailleurs, la religion, la santé publique, la politique et notre relation à la nature.