Liza Gross

Au XVIIIe siècle, le philosophe anglo-irlandais George Berkeley résumait sa théorie de l'« immatérialisme » par la formule suivante : « être, c'est être perçu ».On peut supposer que la problématique hommes-femmes n'était pas un sujet de préoccupation pour notre évêque, mais son épiphanie philosophique décrit très bien la situation des femmes dans le monde lorsqu'il s'agit de la couverture médiatique : soit on ne parle pas d'elles, et elles ne sont pas perçues puisqu'elles sont invisibles, soit elles sont incluses à l'intérieur de paramètres étroits qui empêchent de voir pleinement leur contribution à la société. Cet état de fait varie d'un pays à l'autre mais, en général, les femmes et les filles s'expriment rarement dans les médias pour parler de leurs expériences ou sont rarement consultées sur un sujet donné comme sources faisant autorité. Ou, lorsqu'elles le sont, elles sont confinées dans des rôles stéréotypés.