Pourquoi vous devez participer à la 68e Conférence des Nations Unies et de la société civile

Vue de Salt Lake City (Utah, États-Unis d’Amérique), ville qui accueillera du 26 au 28 août 2019 la 68e Conférence des Nations Unies et de la société civile. Wikimedia Commons/Garrett

Pour tous ceux qui organisent la 68e Conférence des Nations Unies et de la société civile (#UNCSC2019), qui aura lieu du 26 au 28 août 2019 à Salt Lake City, Utah, États-Unis d'Amérique, ce moment revêt une grande importance. Cette année, pour la première fois, une ville accueillera la Conférence organisée par les Nations Unies qui aura pour thème « Des villes et des communautés durables et inclusives ». Alors que ce grand jour approche, nous pouvons dire avec fierté qu’une série d’éléments convergent pour que, cette année, la Conférence serve en particulier à atteindre le double objectif qui consiste à mettre œuvre des cadres politiques internationaux au niveau local et à renforcer le multilatéralisme au XXIe siècle pour les peuples et par les peuples du monde entier.  

Les villes et les communautés sont des laboratoires vivants où les défis et les possibilités identifiés par le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et l’Accord de Paris sur le climat deviennent une réalité. Elles concentrent un très grand nombre d’épreuves, mais aussi de possibilités et d’espoirs avec lesquels nous devons jongler alors que nous traduisons les programmes mondiaux pour le développement humain en une action locale positive afin d’améliorer les moyens d’existence et de protéger la planète. Cela comprend la mise en œuvre de l’objectif de développement (ODD) 11 sur les villes et les communautés durables. Mais un seul ODD ne peut à lui seul englober les 16 autres ODD du Programme 2030 ainsi que les objectifs de l’Accord de Paris.

Désormais, il ne nous reste que dix ans pour faire en sorte que l’éradication de la pauvreté, l’égalité d’accès aux possibilités socioéconomiques, la justice environnementale et une action efficace face aux changements climatiques, qui tous sont énoncés dans les ODD, soient la nouvelle norme pour toutes les sociétés prospères du monde entier. Aujourd’hui, personne n’ose nier le fait que dans notre quête de la dignité humaine pour tous, l’engagement de citoyens responsables et de la société civile est aussi essentiel que des mesures gouvernementales audacieuses et le leadership du secteur privé.  

Aujourd’hui, les villes sont responsables de 70 % des émissions de gaz à effet de serre, mais génèrent aussi 80 % du produit intérieur brut mondial.

L’urbanisation est l’une des grandes tendances du XXIe siècle. Elle progresse à un rythme sans précédent, en particulier dans les pays du Sud où vit la majorité des jeunes. Selon les statistiques des Nations Unies, une personne sur sept dans le monde, soit près d’un milliard, vit dans des taudis ou dans des implantations sauvages. Aujourd’hui, les villes sont responsables de 70 % des émissions de gaz à effet de serre1, mais génèrent aussi 80 % du produit intérieur brut mondial2. De plus, on estime que 68 % de la population mondiale vivra dans des environnements urbains d’ici à 20503 et que 88 % de cette urbanisation aura lieu en Afrique et en Asie4. C’est ainsi que de nombreuses sources universitaires et multilatérales estiment qu’au cours des vingt prochaines années, nous construirons plus d’infrastructures urbaines qu’au cours des vingt siècles derniers. Ce rythme d’urbanisation sans précédent fournit aussi des possibilités inégalées pour corriger les erreurs socioéconomiques et environnementales du passé et rectifier le cours des mesures prises ainsi que nos manquements individuels et collectifs. Les actions individuelles ainsi que celles de la société civile doivent être renforcées pour optimiser le potentiel transformateur de ces possibilités dans ce monde urbanisé.

Les comités de planification et d’accueil de la Conférence ont décidé de diviser le sujet général en plusieurs thèmes liés entre eux qui seront traités lors de sessions thématiques : les villes et les communautés inclusives; les changements climatiques; les sociétés pacifiques; les possibilités et la réussite économiques pour la jeunesse; les infrastructures et l’utilisation des ressources naturelles; les nouvelles technologies et l’innovation; l’investissement à impact social; l’éducation pour les communautés inclusives; l’engagement de la société civile dans la mise en œuvre et le suivi de l’ODD 11 ainsi que l’établissement d’un rapport sur cet objectif; et la réforme des Nations Unies pour mieux servir les peuples.

La nature multisectorielle, multinationale et multiculturelle des milliers de participants attendus à la Conférence représentera une formidable occasion de cerner les défis communs, de les diffuser et de proposer des solutions modulables pour assurer une gouvernance efficace ainsi que des cadres politiques et financiers qui permettront aux citoyens et à la société civile d’engager des actions transformatrices. En outre, alors que nous faisons face à la dite « localisation » des accords internationaux, la Conférence sera la première conférence de la société civile organisée officiellement, d’un point de vue institutionnel, entre les Nations Unies et un gouvernement local. Nous étudierons comment l’intégration verticale de l’action entre les différentes sphères du gouvernement et l’accès par le gouvernement local aux ressources institutionnelles et financières adéquates font partie des conditions indispensables pour libérer le potentiel des villes et des communautés afin de répondre aux défis mondiaux par une action pertinente et ayant un impact au niveau local. De plus, la Déclaration des jeunes, issue du volet leardership des jeunes de la Conférence, ciblera l’action face aux changements climatiques pour des villes et des communautés durables et inclusives.

Enfin, et ce n’est pas le moins important à un moment où le multilatéralisme en tant qu’entente pacifique entre les nations et les peuples est contesté, la Conférence sera la première de ce type et offrira une tribune pour lancer une réflexion collective. La 68e Conférence des Nations Unies et de la société civile sera la première Conférence des Nations Unies organisée aux États-Unis, en dehors de New York, depuis la Conférence de San Francisco en 1945. Ce sera l’occasion pour un grand nombre de participants d’assister pour la première fois à ce type de conférence et de rapprocher l’Organisation des peuples, ce qui est une caractéristique importante des conférences de la société civile précédentes. Cette année, à la veille du 75e anniversaire des Nations Unies, qui sera commémoré en 2020, la Conférence donnera l’occasion de mener une réflexion collective indispensable sur le type de multilatéralisme nécessaire au XXIe siècle afin de tirer parti des forces positives des communautés et des mouvements de la société civile à une époque marquée par la montée du populisme et de l’anti-multilatéralisme.

Objectif 11: Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables.

La Conférence présentera le document final à María Fernanda Espinosa Garcés, Présidente de la 73e Assemblée générale des Nations Unies, lorsqu’elle viendra à Salt Lake City, la première fois qu’une telle occasion se présente dans l’histoire des conférences de la société civile des Nations Unies, et nous lui en sommes reconnaissants. Cela permettra à la Conférence de transmettre officiellement ses décisions à l’Assemblée générale l’année choisie par la Présidente pour rendre l’Organisation pertinente pour tous les peuples, favoriser le leadership mondial et partager les responsabilités pour construire des sociétés pacifiques, justes et inclusives. Cette année, le Conseiller spécial pour les préparatifs de la commémoration du soixante-quinzième anniversaire des Nations Unies, Fabrizio Hochschild, sera aussi présent. Il assistera à la session thématique consacrée à la réforme des Nations unies.

Alors que les préparatifs de la dixième session du Forum urbain mondial (FUM 10), qui se tiendra en février 2020 à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis, se poursuivent, nous sommes fiers de notre partenariat avec le Programme des Nations Unies pour les établissements humains (ONU-Habitat), qui réunit le Forum et qui est le point focal du système des Nations Unies pour l’ODD 11. Les Forums urbains mondiaux sont des réunions mondiales techniques et non législatives qui ont lieu tous les deux ans depuis 2002. L’Assemblée générale reconnaît le Forum comme la principale tribune de dialogue pour les décideurs, les organisations non gouvernementales, les experts et les professionnels dans le domaine du développement urbain durable. Avec cette collaboration, nous cherchons à encourager des actions concertées et complémentaires en direction de la Conférence et du FUM 10 et à chercher des voies pour intégrer les décisions de la Conférence à la préparation du Forum.

Les villes et les communautés ne deviennent pas durables et inclusives du jour au lendemain. Elles sont le résultat de processus sociaux très complexes, mais aussi très gratifiants; il s'agit d'un droit et d'une responsabilité qui incombent à chacun d’entre nous. 

Chacun d’entre nous qui participe à l’organisation de la Conférence est déterminé à poursuivre son action après août 2019. Mais cette tâche n’est pas exclusivement réservée au comité de planification et d’accueil ni à moi en tant que Présidente de la Conférence. Il s'agit d'une immense opportunité pour tous ceux qui se soucient de l’engagement de la société civile envers des villes et des communautés durables. C’est aussi une occasion unique de continuer à donner toute sa place à l’engagement de la société dans une ONU efficace et dynamique.

C’est la conférence de la société civile des Nations Unies. C’est notre tribune, régie et créée par les représentants de la société civile. Nous encourageons vivement tous les lecteurs à nous faire part de leurs commentaires sur le projet de document final, UNCSC2019 Conference Outcome Document, accessible en ligne, pour que les valeurs, les engagements et les appels à l’action qui sont énoncés reflètent la pluralité des conditions socioéconomiques et environnementales nécessaires au bien-être des êtres humains dans des communautés durables et inclusives, respectueuses de la terre nourricière. Nous souhaitons aussi avoir votre avis sur le projet de déclaration UNCSC2019 Youth Declaration on Climate Change Action for Sustainable Cities and Inclusive Communities, qui sera bientôt en ligne. La version finale sera rendue publique quelques semaines avant la convocation par le Secrétaire général Antonío Guterres du Sommet Action climat qui se tiendra à New York le 23 septembre 2019 et qui rassemblera des responsables gouvernementaux ainsi que des dirigeants du secteur privé et de la société civile. Comme nous tenons aussi à ce que l’héritage de la conférence renforce la capacité d’action de chacun d’entre nous dans les villes et les communautés dans lesquelles nous vivons, nous ajoutons au document final de la Conférence une boîte à outils au service de l’action que nous externalisons par l’intermédiaire des médias sociaux et des représentants de la conférence. Restez connectés et participez !

Les villes et les communautés ne deviennent pas durables et inclusives du jour au lendemain. Elles sont le résultat de processus sociaux très complexes, mais aussi très gratifiants; il s'agit d'un droit et d'une responsabilité qui incombent à chacun d’entre nous. Participez à l’élaboration des décisions de la Conférence pour inspirer d’autres personnes et être inspirés par elles et, si vous le pouvez, joignez-vous à nous à Salt Lake City pour nous dire ce que vous faites pour contribuer à la transformation positive de votre ville et de votre communauté. Nous comptons sur vous et attendons de connaître vos idées.
 

Notes

1 Programme des Nations Unies pour les établissements humains (ONU-Habitat), « Les villes et le changement climatique », Rapport mondial sur les établissements humains 2011 (Londres, Washington, 2011), pp. 51-52.

2 La Banque mondiale, « 3 Big Ideas to Achieve Sustainable Cities and Communities », 31 janvier 2018.

3 Département des affaires économiques et sociales des Nations Unies, Perspectives sur l’urbanisation mondiale : édition 2018 (New York, 2019), pp. xix, 1, 10.

4 Ibid., p. 25

La Chronique de l’ONU ne constitue pas un document officiel. Les points de vue exprimés par les auteurs, les frontières et les noms indiqués ainsi que les désignations employées sur les cartes ou dans les articles, n’impliquent pas nécessairement la reconnaissance ni l'acceptation officielle de l’Organisation des Nations Unies.