Participation, consultation et engagement : Les éléments essentiels d’une mise en œuvre effective du Programme 2030

Amina J, Mohammed, Vice-Secrétaire générale des Nations Unies, s’exprime lors de la manifestation de haut niveau relative à la Campagne pour la réalisation des objectifs de développement durable sur l’innovation organisée le 17 mai 2017 par l’Assemblée générale. Ce fut une occasion pour les États Membres de discuter avec les principaux innovateurs et entreprises de technologie de la manière dont les nouvelles technologies pourraient être utilisées pour appuyer la mise en œuvre des objectifs de développement durable. © Photo ONU/Evan Schneider

 

Le Programme de développement à l’horizon 2030 et ses 17 objectifs de développement durable (ODD) sont une initiative mondiale révolutionnaire, inclusive, visant à éradiquer la pauvreté et à réaliser un avenir meilleur pour tous sur une planète en bonne santé. Ils reflètent la voix de millions de personnes dans le monde et leurs aspirations pour l’avenir qu’elles veulent. J’ai vu de mes propres yeux l’engagement, le dynamisme et les contributions concrètes sans précédent que les parties prenantes de tous les secteurs de la société ont apportés au processus intergouvernemental qui a conduit à l’adoption du Programme 2030. Ce Programme « du peuple, par le peuple et pour le peuple1 » devra être mis en œuvre avec la participation de « tous les pays, de toutes les parties prenantes et de tous les peuples2 ».

Cette vision commune des ODD guide aujourd’hui l’action que nous menons pour les mettre en œuvre. La réussite de notre aventure collective jusqu’à 2030 dépendra en grande partie de l’efficacité des gouvernements, qui dirigent la réalisation de ce programme transformateur et universel, à associer les parlements, les autorités locales, les peuples autochtones, la société civile, les communautés scientifique et universitaire ainsi que le secteur privé et à combler l’écart entre les populations et les politiques nationales. 

La réussite sera aussi mesurée à l’aune de notre engagement à ne laisser personne de côté.  Nous devons nous assurer de donner une voix et une tribune pour encourager la participation des communautés et des personnes les plus marginalisées, les plus vulnérables et les plus exclues. 

Dans de nombreux pays, dont ceux qui ont présenté leur examen national volontaire lors du forum politique de haut niveau des Nations Unies pour le développement durable, nous constatons qu’une participation effective du public peut entraîner une réduction de la corruption, favoriser une plus grande transparence et renforcer les lois, les politiques et les programmes gouvernementaux ainsi que les crédits budgétaires qui promeuvent une approche pangouvernementale. 

La sensibilisation du public aux ODD peut aussi permettre aux citoyens de demander des comptes àleurgouvernement. Plusieurs examens nationaux volontaires établis en 2017 ont mis l’accent sur des activités de sensibilisation innovantes pour promouvoir une réelle appropriation des ODD, comme encourager les citoyens à utiliser leurs appareils portables pour évaluerla qualité de l’air, introduire la conservation des ressources dans les programmes scolaires ou organiser des festivals de musique sur le thème des ODD3.  De nombreux pays ont lancé des campagnes de communication et utilisé des outils comme les moyens de communication de masse, les médias sociaux, les portails en ligne, les ateliers et la production de dépliants et d’affiches4.

Pour encourager le soutien du public au Programme 2030 et aux ODD, plusieurs éléments sont nécessaires :

1. Faire connaître les ODD. Les ODD traitent des questions qui touchent la vie quotidienne des citoyens. J’ai été impressionnée par la capacité des communautés à s’approprier les ODD malgré le jargon utilisé par les professionnels du développement. C’est pourquoi nous promouvons la campagne d’action pour la réalisation des ODD lancée par les Nations Unies afin de mobiliser et d’associer le public àleur mise en œuvre. Nous utiliserons le pouvoir de mobilisation des Nations Unies, par le biais d’une plate-forme stratégique revitalisée sur les ODD conçue pour associer les partenaires externes, communiquer avec eux et les mobiliser et, par le biais des plates-formes existantes destinées à éduquer, àautonomiser et àmobiliser les citoyens, les personnes influentes et d’autres parties prenantes afin d’agir en faveur des ODD. Se concentrant sur les actions menées par le système, le Département des Affaires économiques et sociales des Nations Unies vient de lancer un outil en ligne qui établit une liste des actions menées par les entités de l’ONU en faveur des ODD. 

L’éducation est un autre outil puissant qui permet de sensibiliser le public au développement durable. Plusieurs pays ont intégré les ODD dans leurs programmes scolaires et éducatifs et élaboré des documents pédagogiques sur les ODD5. La prochaine génération de dirigeants est formée par nos écoles et nos universités. Ces responsables en première ligne doivent apporter les outils et l’inspiration pour créer de nouvelles solutions aux problèmes du développement et les tester. L’ONU joue le rôle qui lui incombe en aidant les dirigeants àélaborerune vision stratégique et à développer des connaissances pratiques afin de trouver des solutions pour leur communauté, qu’il s’agisse d’un pays, d’un village ou d’un quartier6.

2. Créer un environnement propice à la participation. Ceci est clairement indiqué dans les ODD 16 et 17 qui préconisent un environnement encourageant la tolérance vis-à-vis des points de vue différents ainsi que la participation du public. Une direction responsable, des cadres juridiques qui adhèrent aux normes des droits de l’homme, un plus grand investissement dans la transparence ainsi que des institutions responsables sont essentiels pour atteindre cet objectif.

3.  Assurer un équilibre entre les hommes et les femmes, encourager la participation des jeunes et ne laisser personne de côté.Actuellement, on compte 1,8 milliard d’adolescents et de jeunes dans le monde7. Nous devons créer des espaces appropriés pour les mobiliser et promouvoir leurs idées, leur leadership et leur énergie. Nous devons nous assurer que les femmes et les filles jouent un rôle central dans toutes les actions que nous menons. Nous devons faire en sorte que chacun puisse trouver sa place. Enfin, nous devons identifier les laissés-pour-compte et élaborer des stratégies appropriées et inclusives pour toucher en premier les populations les plus vulnérables, y compris les personnes handicapées, les populations autochtones et d’autres groupes marginalisés.

4. Promouvoir une révolution des données. C’est essentiel pour s’assurer que les interventions ciblent les pauvres et les plus vulnérables ainsi que les communautés et les régions marginalisées. Il est nécessaire que les gouvernements disposent de données fiables et de sources de données intégrées et utilisent les données produites par les citoyens afin de compléter les statistiques nationales; établissent un lienentre une planification des politiques fondée sur des données factuelles et le financement des ODD; et utilisent les données issues du secteur privé, des universités et de la société civile, en particulier lorsque les indicateurs ne sont pas disponibles dans les systèmes existants.

5. Promouvoir la mise en œuvre d’une participation effective.Nous devons identifier et encourager de nouvelles méthodes de travail dans les partenariats multipartites afin de mobiliser et de partager les connaissances, les ressources financières, l’expertise et la technologie. Cela comprend allouer des ressources pour renforcer les capacités et soutenir la participation du public dans la mise en œuvre et le suivi du Programme 2030 à tous les niveaux. Cela signifie aussi rechercher de nouvelles approches de financement en collaboration avec le secteur privé afin de répondre aux immenses besoins d’investissement et àleur urgence.

6. Relier entre eux les divers programmes. Le Programme 2030 et les ODD abordent plusieurs défis liés entre eux. Par exemple, la lutte contre le changement climatique et l’établissement de modes de production et de consommation durables sont essentiels à la réalisation des ODD et peuvent libérer un énorme potentiel économique dans toutes les régions et pour tous les peuples. La paix et la sécurité sont des pierres angulaires du Programme 2030, l’interdépendance entre la sécurité, l’action humanitaire et le développement étant essentielle à la réalisation de tous les ODD. 

Le Secrétaire général de l’ONU guide aujourd’hui le repositionnement du système de développement des Nations Unies, suite à l’accord récent des États Membres de l’ONU8, ce qui renforce le travail des Coordonnateurs résidents de l’ONU sur le développement durable visant àéradiquerla pauvreté sous toutes ses formes et dans toutes ses dimensions.

Nous espérons voir des équipes de pays de l’ONU plus efficaces, tenant compte des priorités nationales, travaillant en partenariat avec les gouvernements nationaux et agissant comme agents de nouveaux partenariats innovants avec des parties prenantes issues de différents secteurs. Si nous voulons atteindre le but que nous recherchons d’ici à 2030, les citoyens de tous les secteurs de la société doivent être des participants actifs. 

Notes

1.   A/RES/70/1, para. 52. Disponible sur le site https://sustainabledevelopment.un.org/post2015/transformingourworld. 

2.   Ibid., préambule.

3.   Afghanistan, Argentine, Azerbaïdjan, Botswana, Chili, Danemark, Éthiopie, Guatemala, Indonésie, Japon, Jordanie, Malaisie, Maldives, Nigeria, Thaïlande, Togo et Zimbabwe, tel qu’indiqué dans leurs examens nationaux volontaires 2017. Pour de plus amples détails, voir Département des Affaires économiques et sociales, Division du développement durable des Nations Unies « Synthesis of Voluntary National Reviews, 2017 », février 2018. Disponible sur le site https://sustainabledevelopment.un.org/content/documents/17109Synthesis_R....

4.   Argentine, Azerbaïdjan, Belgique, Botswana, Brésil, Chili, Chypre, Danemark, Guatemala, Inde, Japon, Jordanie, Kenya, Luxembourg, Maldives, Nigeria, Pays-Bas (y compris Aruba et Saint-Martin), Togo, Zimbabwe, tel qu’indiqué dans leurs examens nationaux volontaires 2017. Pour de plus amples détails, voir Département des Affaires économiques et sociales, Division du développement durable des Nations Unies « Synthesis of Voluntary National Reviews, 2017 ». 

5.   Aruba, Belgique, Danemark, Japon, Kenya, Malaisie, Maldives, Saint-Martin, Suède et Zimbabwe, tel qu’indiqué dans leurs examens nationaux volontaires 2017. Pour de plus amples détails, voir Département des Affaires économiques et sociales, Division du développement durable des Nations Unies « Synthesis of Voluntary National Reviews, 2017 ».

6.   Lors du forum politique de haut niveau 2016 pour le développement durable, le Département des Affaires économiques et sociales des Nations Unies (DESA) et l’Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche (UNITAR) ont coorganisé l’atelier sur le thème Apprentissage, formation et pratique liés aux ODD. Disponible sur le site https://sustainabledevelopment.un.org/hlpf/SDGsLearning.  

7.   Fonds des Nations Unies pour la population, « The power of 1,8 billion: Adolescents, youth and the transformation of the future », État de la population mondiale 2014 (New York, 2014). Disponible sur le site https://www.unfpa.org/sites/default/files/pub-pdf/EN-SWOP14-Report_FINAL....

8.   A/RES/72/279.