Multilinguisme et citoyenneté mondiale

L’auteur évoque l’objectif de développement durable 13 : « Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions » devant l’Assemblée générale des Nations Unies, lors du Forum mondial des jeunes, le 21 juillet 2017. ©Michael Paras Photography LLC

Nous vivons dans un monde interconnecté. C’est un fait indiscutable. Nous ne pouvons pas nous permettre de nier les liens étroits qui relient chacun de nos pays. Il est clair que malgré nos frontières établies, les cultures et les langues ne sont pas complètement indépendantes ni ne peuvent exister indépendamment. Les décisions prises dans une partie du monde ont des répercussions sur toute la planète et nous affectent d’une manière ou d’une autre. Cela nous fait prendre conscience de l’immense responsabilité qui incombe non seulement à nos dirigeants, mais à nous-mêmes en tant que citoyens du monde. Nous devons réaliser que quels que soient les devoirs et les obligations que nous avons envers la société, ils ont un sens et une influence considérables au-delà de notre environnement immédiat.

Le concept de citoyenneté mondiale devrait, selon moi, être plus important que jamais. Alors que nous attestons des effets de nos actions sur l’environnement, sur nos sociétés et sur chacun d’entre nous, nous devons être conscients de l’ampleur de notre impact et utiliser cette conscience pour le bien-être de l’humanité.

Trouver les moyens de jeter des ponts entre nos diverses cultures, transcender les frontières et relier les nations et les peuples tout en témoignant du respect et une appréciation pour leurs différences uniques peut paraître pour beaucoup un immense défi impossible à relever. Mais pour reprendre les mots d’Antoine de Saint-Exupéry, « …celui qui diffère de moi, loin de me léser, m’enrichit. Notre unité, au-dessus de nous, se fonde en l’homme1 ».

Quel rôle le multilinguisme joue-t-il donc ? Je suis convaincue que la langue fait, et fera toujours, partie intégrante de toutes les cultures et qu’elle est un élément fondamental de leur fondement. Posséder une telle clé donnant accès non seulement à une mais à plusieurs cultures est un outil potentiellement puissant pour la paix. Dans toute relation, quels que soient le contexte et la portée, la communication est très importante. Pouvoir communiquer efficacement dans plusieurs langues n’est pas seulement important pour exprimer ses idées avec concision. Acquérir des compétences est une expérience enrichissante qui ouvre l’esprit et aide à apprécier chaque culture.

Pour ma part, je peux témoigner d’un changement de personnalité et de comportement après avoir maîtrisé une nouvelle langue et approfondi une culture que je croyais déjà connaître. M’efforçant d’apprendre d’autres langues et d’autres cultures que celles que je connaissais ou dont on m’avait parlé, j’ai appris à ne pas prendre pour argent comptant les premières impressions et les stéréotypes profondément ancrés. J’ai finalement compris que si difficile soit-il, l’apprentissage d’une nouvelle langue est un processus qui, une fois terminé, est une formidable source d’enrichissement.

J’ai appris certains faits grandement ignorés concernant les fêtes, la cuisine et les traditions. J’ai réalisé que chaque aspect de ces cultures a des racines et un sens plus profonds que les belles expositions, l’architecture unique, la musique divertissante et les danses envoûtantes. J’ai fini par comprendre pourquoi ces cultures sont si importantes pour tant de personnes et pourquoi nous devrions tous traiter leur héritage culturel avec le respect qu’elles méritent. Lorsque vous prenez le temps de comprendre véritablement la culture d’un autre, celui-ci prendra le temps de comprendre la vôtre. Et, en un rien de temps, cela aura un effet positif et une portée illimitée.

La plupart d’entre nous savons ce que signifie se mettre à la place de l’autre ou examiner une situation d’un autre point de vue. Or, dans la réalité, il peut être difficile d’y parvenir lorsque l’on se connaît et se comprend très peu. Si nous pouvions prendre l’initiative d’apprendre, et donc de comprendre, les langues et les cultures que nous ne connaissons pas, le monde serait meilleur.

Une personne qui a adopté une perspective mondiale n’apprendra pas nécessairement une nouvelle langue. Mais je réitère qu’apprendre une nouvelle langue, c’est s’ouvrir au monde. Cela permet de mieux comprendre la langue et la culture, mais aussi de respecter davantage chaque langue et chaque culture dans le monde. Lorsque que vous vous êtes mis à la place d’un autre, même une seule fois, il est de plus en plus difficile d’être nourri d’égoïsme et de préjugés que d’être bienveillant et respectueux.

Nous devons tous cultiver le respect et le souci des autres et étendre nos frontières géographiques et culturelles pour devenir de véritables citoyens du monde et nous considérer comme tels. Approfondir nos connaissances et notre compréhension des autres langues et des autres cultures n’est-il pas le meilleur moyen d’y parvenir ?

Notes

1 Antoine de Saint-Exupéry, Pilote de guerre, Traduction de Lewis Galantière (San Diego, New York, A Harvest Book, Harcourt Brace & Company, 1985, p. 138.