Les maladies liées au mode de vie: un fardeau économique pour les services de santé

Les maladies liées au mode de vie ont en commun des facteurs de risque similaires associés à l'exposition prolongée à trois comportements quotidiens (tabagisme, régime alimentaire déséquilibré et inactivité physique) et engendrent des maladies chroniques, en particulier les cardiopathies, les accidents vasculaires cérébraux, le diabète, l'obésité, le syndrome métabolique, la bronchopneumopathie chronique obstructive et certains types de cancers."
Ces maladies étaient jusqu'ici considérées comme des maladies des pays industrialisés, appelées «maladies occidentales » ou « maladies de riches »; au niveau international, elles sont connues comme étant des maladies chroniques, non transmissibles, faisant partie du groupe de maladies dégénératives. Les maladies chroniques peuvent engendrer une perte de l'indépendance, des années d'incapacité ou la mort et imposer un fardeau économique considérable aux services de santé.
Aujourd'hui, les maladies chroniques sont un problème mondial de santé publique. En 2005, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a estimé que 61 % de tous les décès, soit 35 millions, et 49 % de la charge mondiale des maladies étaient causés par les maladies chroniques. D'ici à 2030, les maladies chroniques seront la cause de 70 % du nombre total de décès et de 56 % des maladies dans le monde. C'est en Afrique et dans les régions de la Méditerranée orientale que l'augmentation sera vraisemblablement la plus forte.
En 2000, l'Organisation mondiale de la santé a adopté une résolution sur la prévention et le contrôle des maladies chroniques qui demandait aux États membres de mettre en place des cadres politiques nationaux, des politiques publiques favorables à la santé ainsi que des mesures fiscales et des taxes sur les produits et les services sains et néfastes à la santé. La résolution demandait également de créer des programmes de prévention et de contrôle des maladies chroniques, d'évaluer et de surveiller la mortalité et le nombre de maladies dans une zone dues aux maladies chroniques; de promouvoir la prévention secondaire et tertiaire; et d'élaborer des directives concernant le dépistage, le diagnostic et le traitement des maladies chroniques à un prix abordable, en particulier dans les pays en développement.

La combinaison de quatre facteurs associés à un style de vie sain - maintenir un poids santé, exercer régulièrement une activité physique, adopter un régime alimentaire sain et ne pas fumer - semble réduire de 80 % le risque de maladies chroniques les plus courantes et les plus mortelles. Cela renforce les politiques actuelles en matière de santé publique recommandant l'adoption de modes de vie sains. Étant donné que ces habitudes s'acquièrent dans les premières phases de la vie, il est important d'intervenir tôt pour favoriser de bonnes habitudes.

Toutefois, malgré les avantages avérés d'un mode de vie sain, seule une faible proportion d'adultes adoptent cette routine : en fait, leur nombre baisse. Malheureusement, la sensibilisation du public concernant le lien entre santé et mode de vie est faible. Beaucoup ignorent que les changements des modes de vie sont un facteur important dans l'apparition des maladies chroniques qui entraínent une hausse de la morbidité et de la mortalité. Le mode de vie est généralement perçu comme une question personnelle. Toutefois, les modes de vie sont des pratiques sociales qui reflètent les identités individuelles, communautaires et socio-économiques.
Des changements modestes mais réalisables dans les comportements auront probablement un impact au niveau individuel et de la population. Aujourd'hui, les professionnels de santé et les médias ne cessent de répéter que, pour être en bonne santé, il faut adopter un mode de vie sain. L'activité physique, l'arrêt de la consommation de tabac, une nourriture riche en fibres, un régime alimentaire pauvre en graisse, le contrôle du poids et la gestion efficace du stress réduisent le risque de maladies cardiovasculaire, de cancer et de mort prématurée.
Une démarche globale de santé publique pour contrôler le tabac peut empêcher les jeunes de commencer à fumer et faciliter l'arrêt du tabac par le biais de mesures, telles que l'adoption d'une politique en matière de fiscalité et de prix, la restriction de la publicité et de la promotion du tabac, des exigences en matière d'emballage et d'étiquetage, des campagnes de sensibilisation, des restrictions sur les lieux publics où il est possible de fumer et l'arrêt des services de soutien. Une démarche globale doit inclure les jeunes et toucher l'ensemble de la population. Les mesures politiques nationales qui ont le plus grand impact sur les niveaux individuels de la consommation de tabac, les taux d'arrêt du tabagisme et les taux d'initiation au tabac exigent une volonté et un engagement politique soutenus et, surtout, une législation et une mise en œuvre efficaces.
De plus, il est urgent de mettre en place des mesures efficaces en matière de santé publique afin d'encourager l'activité physique et d'améliorer la santé dans le monde. La promotion de l'activité physique est un défi qui relève de la responsabilité aussi bien gouvernementale qu'individuelle. L'action individuelle est toutefois influencée par l'environnement, les installations sportives et récréatives ainsi que par la politique nationale. Il est essentiel d'établir une coordination entre de nombreux domaines, comme la santé, le sport, les politiques éducatives et culturelles, les médias et l'information, les transports, la planification urbaine, les gouvernements locaux et la planification financière et économique. À cette fin, l'Organisation mondiale de la santé apporte son appui à ses États membres en menant des activités de sensibilisation fondées sur des preuves aux avantages d'un mode de vie sain sur la santé, la société et l'économie.

Références
Centers for Disease Control and Prevention, Merck Institute of Aging & Health.The State of Aging and Health in America 2004. (Washington, DC: Merck Institute of Aging & Health, 2004).
Ford, Earl S.; Bergmann, Manuela M.; Kroger, Janine; Schienkiewitz, Anja; Weikert, Cornelia; Boeing, Heiner. « Healthy Living Is the Best Revenge: Findings From the European Prospective Investigation Into Cancer and Nutrition-Potsdam Study ». Arch Intern Med, 169 (15) (2009): 1355-1362.
King D.E, Mainous A.G 3rd, Carnemolla M, Everett C.J. « Adherence to Healthy Lifestyle Habits in US Adults, 1988-2006 ». Am J Med. 122(6) (June 2009): 528-34.
Kvaavik, Elisabeth; Batty, G. David; Ursin, Giske; Huxley, Rachel; Gale, Catharine R. « Influence of Individual and Combined Health Behaviors on Total and Cause-Specific Mortality in Men and Women: The United Kingdom Health and Lifestyle Survey », Arch Intern Med, 2010; 170 (8): 711-718.
Murray, C.J.L & Lopez, A.D. « The global burden of disease: a comprehensive assessment of Mortality and disability from diseases, injuries, and risk factors in 1990 and projected to 2020 ». Cambridge, MA: Harvard School of Public Health, 1996.

OMS. Épidémies mondiales négligées : trois menaces croissantes. Rapport sur la santé dans le monde, 2003.
WHO. Projections of mortality and burden of disease to 2030 (Genève: 2007).