Les jeunes ouvrent la voie à un monde davantage connecté et plus durable

Lors de son premier voyage à l’étranger, l’Envoyée spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour la jeunesse Jayathma Wickramanayake a rencontré des jeunes le 14 août 2017 dans un camp pour personnes déplacées dans leur pays. © Mission d’assistance des Nations Unies en Irak (Manui)

Aujourd’hui, la planète compte un nombre de jeunes sans équivalent. Il y a actuellement 1,8 milliard de jeunes âgés entre 10 et 24 ans dans le monde, et ce nombre devrait augmenter. Au cours des 13 prochaines années, ils seront environ 2 milliards. Actuellement, dans la plupart des pays en développement, les enfants et les adolescents constituent déjà la majorité de la population.

Ce dividende démographique représente la force la plus précieuse que nous ayons pour construire un monde meilleur pour tous et nous donne une occasion sans précédent d’accélérer les progrès dans la réalisation des objectifs de développement durable (ODD). Étant donné leur nombre, il sera essentiel de mobiliser cette vaste population pour bâtir le monde durable que nous voulons. D’ailleurs, la réalisation des ODD aura une influence sur la vie de tous les jeunes.

Mais loin de seulement bâtir un meilleur avenir présentant davantage de possibilités pour tous, les jeunes œuvrent déjà aujourd’hui au changement, promouvant le développement durable et ouvrant la voie à de nouvelles possibilités en matière d’engagement et de connectivité dans le monde entier.

La jeune génération représente non seulement la génération la plus nombreuse que le monde ait connue, mais aussi la plus connectée. Elle utilise deux fois plus les réseaux en ligne que le reste de la population. Dans les pays développés, pratiquement tous les jeunes utilisent Internet et dans les pays les moins développés, ils ont trois fois plus de chances d’utiliser Internet que la population générale. En tant que génération la plus connectée, ils sont mieux placés que quiconque pour mobiliser leur force collective pour réaliser les ODD, établir un dialogue, nouer des partenariats entre les pays ainsi que dans tous les secteurs de la vie sociale, qu’il s’agisse de la politique, des entreprises, des universités ou de la société civile.

En mettant en contact des personnes d’horizons différents, Internet et les médias sociaux deviennent de plus en plus indispensables grâce à leurs possibilités de connectivité et à leur portée. Les jeunes jouant un rôle de premier plan en matière d’utilisation des technologies de l’information, ils sont les mieux équipés et notre meilleur atout pour mener à bien cette tâche et promouvoir la citoyenneté mondiale.

Sur Internet, Ils sont aussi le groupe d’âge qui utilise le plus souvent les médias sociaux. En général, ils sont plus susceptibles d’utiliser les réseaux sociaux que le groupe âgé de 35 ans et plus, à la fois dans les pays en développement et dans les pays développés. En Allemagne, par exemple, 79 % des jeunes internautes utilisent les médias sociaux contre 39 % chez les plus âgés. Cette différence se constate dans d’autres pays, comme au Viet Nam (86 % contre 49 %) et au Japon (78 % contre 43 %).

En moyenne, plus de 80 % des jeunes internautes sont actifs sur les médias sociaux. Selon les études, ils utilisent ces plates-formes principalement pour communiquer et rencontrer de nouvelles personnes. Ils sont particulièrement bien placés pour établir des liens avec des personnes d’origines et de pays différents.

En plus de développer des relations avec leurs pairs, ils ont aussi de plus en plus d’occasions d’être en contact avec des dirigeants nationaux et mondiaux, en particulier sur Internet et les réseaux sociaux, et de participer de manière active à des conversations avec des représentants du gouvernement et des décideurs politiques. C’est un pas en avant important vers leur participation aux processus de prise de décision.

Bien que les jeunes soient la génération la plus importante et la plus connectée de l’histoire, il est regrettable que 73 % des pays continuent de restreindre leur candidature aux élections législatives. Les moins de 35 ans constituent moins de 2 % des parlementaires dans le monde.

Dans un monde très connecté par les plates-formes en ligne, les jeunes jouent un rôle de premier plan dans l’établissement de mécanismes visant à responsabiliser les gouvernements. Par le biais des médias sociaux, il est de plus en plus facile de faire un rapport sur les progrès accomplis par les gouvernements vers la réalisation des ODD et la construction d’une société meilleure pour tous. Cela peut nous aider à suivre les données et à découvrir des faits qui pourraient ne pas figurer dans les rapports nationaux.

Tenir les gouvernements responsables par le biais des médias sociaux est un mécanisme important qui permet aux jeunes de prendre part au processus de prise de décision et l’une des nombreuses initiatives entreprises par la jeunesse dans le monde.

En tant qu’Envoyée spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour la jeunesse, j’ai eu l’occasion de me rendre compte directement des initiatives et des projets remarquables entrepris par les jeunes dans tous les domaines pour changer la vie au niveau local et au niveau mondial et pour promouvoir un développement durable. Que ces efforts visent à éliminer la faim, à lutter contre le changement climatique, à réduire les inégalités ou à promouvoir l’entreprenariat, Internet et les médias sociaux leur ont permis de présenter leurs projets à une échelle difficilement imaginable avant l’ère d’Internet.

Toutefois, nous ne devons pas oublier que la technologie, même si elle est très utile et souvent indispensable, n’est qu’un outil qui encourage l’initiative et le potentiel de la jeunesse. Les réalités démographiques et de développement font d’elle la génération de notre époque, forte d’une énergie inépuisable, pleine de nouvelles idées et mue par un optimisme qui fait du bien.

Aujourd’hui, les jeunes construisent l’avenir économique et social de leur pays, changent le monde et travaillent dur pour promouvoir la citoyenneté mondiale et des sociétés mieux connectées. C’est pourquoi, il est crucial que leur potentiel ne passe pas inaperçu. Comme je le dis souvent, il n’existe pas de meilleur investissement que l’investissement dans les capacités et le potentiel de la jeunesse — et il n’y a pas de meilleur combat pour le monde que nous voulons.