Le savoir scientifique au service du développement durable

Le développement durable est une question essentielle dans la gestion de la survie de la planète et la sauvegarde de l'environnement. Il s'inscrit de plus en plus dans un cadre de politique pluridisciplinaire, avec des répercussions sur les sphères économique, sociale et culturelle tendant à améliorer la qualité de vie de la communauté internationale. L'accès aux soins de santé, à l'éducation, à la nourriture et à l'eau est l'un des défis importants du développement durable auquel la société est confrontée, Des domaines dans lesquels les travaux d'avant-garde de trois jeunes chercheurs ont été récemment récompensés. Arul Chib a utilisé les technologies de l'information et de la communication (TIC) pour fournir des informations médicales (santé mobile) et des opportunités d'apprentissage aux enfants et aux jeunes vivant dans les communautés reculées. Dans ses travaux sur les légumes sauvages, Rajeev Bhat recherche d'autres solutions nutritives à l'alimentation en fonction des pratiques locales et du savoir traditionnel. Les travaux de Junguo Liu sur les services liés à l'eau et aux écosystèmes sont centrés sur la recherche de solutions pour une consommation d'eau durable. La recherche appliquée et la contribution des lauréats aux communautés avec lesquelles ils travaillent sont une caractéristique commune du prix ProsPER.NET-Scopus qui est attribué chaque année à de jeunes scientifiques et chercheurs d'Asie-Pacifique oeuvrant au service du développement durable. Le prix est une initiative de ProsPER.Net, une association d'établissements universitaires d'Asie-Pacifique crééesous les auspices du Programme l'Éducation pour le développement durable (EDD) de l'Institut d'études supérieures de l'Université des Nations Unies et de Elsevier, un éditeur d'informations universitaires, principalement par le biais de Scopus, la plus grande base de données de textes validés par des pairs. ProSPERT.Net vise à intégrer les questions liées au développement durable dans les programmes d'enseignement de deuxième cycle, les catégories de prix changeant chaque année afin de promouvoir la recherche appliquée dans d'autres domaines d'activités. Pour 2011, les domaines d'attribution du prix étaient les suivants : TIC et développement durable, science et technologie en vue de l'éradication de la pauvreté et biodiversité et gestion des ressources naturelles. Dans chaque domaine, un groupe de trois experts choisit trois finalistes qui sont invités à présenter leurs travaux. Les critères de sélection des lauréats sont le nombre et la qualité des publications et des brevets, le nombre de citations de leurs travaux ainsi que l'impact social fondé sur des d'éléments vérifiables. Les lauréats reçoivent une somme d'argent et une bourse du Ministère fédéral allemand de l'éducation et de la recherche leur offrant la possibilité de réaliser pendant un an un projet de recherche dans une institution allemande de leur choix. « Le prix ProSPER.Net-Scopus encourage des jeunes chercheurs à travailler dans le domaine du développement durable. Peu de lieux permettent d'assurer la reconnaissance des jeunes universitaires et leur soutien dans ce domaine; le plus souvent le gouvernement et l'industrie apportent leur soutien à des domaines de recherche plus lucratifs », explique Ed Cutrell, membre du groupe de la catégorie TIC et développement durable en 2011. « Le prix Jeunes chercheurs est un effort modeste, mais important, destiné à récompenser l'excellence des travaux de recherche universitaires dans le domaine du développement durable, plus particulièrement dans le but de reconnaítre les travaux qui ont un réel impact sur la vie des gens », ajoute-t-il. Alors que l'on se représente les chercheurs enfermés dans leur laboratoire, concentrés sur leurs travaux à la recherche de solutions à des problèmes spécifiques touchant l'humanité, les trois jeunes lauréats se sont centrés sur des questions extra-universitaires, ont examiné les problèmes mondiaux actuels afin d'obtenir des résultats qui favorisent l'inclusion sociale, améliorent les moyens d'existence en général et les communautés pauvres en particulier et, au cours du processus, permettent une meilleure connaissance et utilisation des ressources naturelles. Conscients de la nécessité d'influer sur l'élaboration des politiques afin que des solutions locales soient développées et mises en oeuvre dans les communautés locales, les lauréats sont également en relation avec différentes parties prenantes, y compris les autorités locales, le gouvernement national, les organisations non gouvernementales (ONG), le secteur privé et les organisations internationales, dispensant des conseils et enrichissant les connaissances scientifiques par la recherche. Il faut aussi noter que leurs travaux permettent d'identifier certaines questions dans la recherche liée au développement durable. Par exemple, comment répondre aux problèmes locaux dus aux modes d'exploitation irrationnels dans le monde ? Comment identifier les problèmes qui se rencontrent dans nombre de disciplines affectant différentes parties prenantes ? Comment évaluer l'efficacité des expérimentations sociales et transférer les résultats vers d'autres communautés, d'autres contextes ? C'est ce à quoi se sont attelé ces trois jeunes et prometteurs chercheurs, lauréats du prix jeune chercheur ProSPER.Net-scopus 2001 dans le domaine du développement durable. Leurs efforts continus visant à répondre aux défis que pose notre subsistance durable dans un monde aux ressources naturelles limitées témoignent de leur prise de conscience concernant les transformations nécessaires, en particulier dans les universités, pour traduire les résultats scientifiques en solutions pratiques et efficaces afin d'améliorer la vie des gens1. Arub Chib est lauréat du prix jeune chercheur ProSPER.Net-scopus 2001 dans la catégorie « TIC et développement durable » Issu de l'Université de technologie de Nanyang, à Singapour, il a travaillé avec les applications des TIC dans la santé et l'éducation. Par son travail, il a amélioré les soins de santé fournis aux communautés dans les régions reculées, en particulier les femmes et les groupes marginalisés dans des pays comme la Chine, l'Inde, l'Indonésie, le Népal, le Pérou, Singapour, la Thaïlande et l'Ouganda. Il étudie en particulier l'effet des campagnes de développement utilisant les technologies de l'information et de la communication innovantes. Il examine le processus sur un plan théorique tout en portant un point de vue critique afin de contrebalancer les points de vue positifs qui prévalent. Il a contribué au progrès conceptuel de la discipline en proposant des cadres d'analyse, y compris le modèle des TIC dans le domaine des soins de santé et celui de la gestion communautaire des technologies. Ces modèles théoriques s'appuient sur de la documentation dans les domaines de la technologie, de la communication, des sciences de la gestion. Son travail se situe au carrefour du développement technologique, du déploiement des soins de santé dans les zones rurales et de la recherche scientifique sociale. Tirant parti de l'importante diffusion du téléphone mobile dans les pays en développement, il a travaillé avec la technologie du mobile et l'envoi de données afin d'améliorer la communication et l'information médicale entre les travailleurs sanitaires et les communautés locales. À Aceh, en Indonésie, une région touchée par le tsunami en 2004, la santé mobile s'est révélée efficace. Elle a permis d'améliorer le temps de réponse dans les cas graves et l'approche prophylactique en facilitant la communication entre les sages-femmes rurales et les infrastructures de santé urbaines, ce qui a eu des effets positifs sur la santé maternelle et infantile. Au Népal, la santé mobile a également été appliquée à certains groupes, principalement concernant la fourniture des soins de santé aux femmes. En Chine, elle a été un outil important pour les médecins travaillant dans les régions reculées afin d'accéder à des informations utiles. A. Chib a amélioré les jeux éducatifs multimédia afin d'accroítre les opportunités d'apprentissage des enfants dans le cadre des activités de relèvement dans les régions touchées par des catastrophes comme l'Inde, ainsi que les jeux interactifs au contenu éducatif lié à la santé de la reproduction, en particulier le VIH/sida, un projet élaboré avec une ONG péruvienne - Instituto Peruano de Paternidad Responsable (Institut péruvien pour une paternité responsable). Continuant son travail au carrefour du VIH/sida, il a aidé l'ONG Text to Change à améliorer un programme de SMS destiné à améliorer les connaissances de la population ougandaise sur le VIH/sida et inciter les participants à accéder aux services consultatifs et de dépistage du VIH. Cette étude pilote a examiné l'efficacité d'une campagne de santé mobile utilisant des SMS comme technologie mobile facile à utiliser, rentable, omniprésente afin de mesurer et de diffuser des connaissances spécifiques et de promouvoir le dépistage du VIH/sida dans les dispensaires des régions rurales de l'Ouganda. Durant un mois, 13 questions sur le VIH/sida ont été envoyées à 10 000 abonnés du mobile. La campagne a contribué à renforcer massivement les connaissances dans ce domaine. En plus de ses propres travaux de recherche, Arul Chib supervise au Centre de recherche sur Internet de Singapour un programme de bourses de recherche pour le renforcement des capacités qui a financé des chercheurs en technologies de l'information et de la communication au service du développement dans huit pays asiatiques et qui est sur le point d'être développé en Amérique latine, au Moyen-Orient et en Afrique2. .
Notes 1 Pour plus d'information sur le prix, les lauréats et les deuxièmes prix, veuillez consulter le site www.ias.unu.edu/efsd/prospernet/ysa. 2 Pour plus de détails, visitez le site www.sirca.org.sg.