Le rôle d’ONU-Eau en tant que mécanisme interinstitutions de coordination pour les questions liées à l’eau et à l’assainissement

Des femmes puisent de l’eau pour leur usage domestique à la bomba de agua (pompe à eau communale) dans le village de Munhinga, à Chimoio, au Mozambique. 24 mai 2011. ©FAO/PABALLO THEKISO

 

Aujourd’hui, 2,1 milliards de personnes n’ont pas accès à des services d’approvisionnement en eau potable sûrs et 4,5 milliards n’ont pas accès à des services d’assainissement de base. Chaque année, cette crise provoque la mort de près de 340 000 enfants et a de graves incidences sur des sociétés et des économies entières. D’ici à 2050, la population mondiale comptera 2 milliards de personnes supplémentaires et la demande en eau augmentera de 30 %. L’eau étant limitée, nous devons trouver des solutions pour équilibrer toutes les demandes concurrentes tout en répondant à nos obligations de garantir à toute personne le droit à l’eau et à l’assainissement.

À ONU-Eau, c’est l'un des principaux défis auxquels nous cherchons à répondre.

Les Nations Unies ont toujours reconnu qu’en raison de la valeur intrinsèque de l’eau dans de nombreux secteurs, la collaboration est essentielle pour éviter la fragmentation des efforts. Bien que le système des Nations Unies n’ait pas une seule entité consacrée exclusivement aux questions liées à l’eau, l’eau et l’assainissement sont importants pour tous les domaines d’intervention de l’Organisation, reflétant son rôle important dans des secteurs comme la santé, la nutrition, l’égalité des sexes et l’économie. Les efforts menés pour coordonner ses activités sur les questions liées à l’eau ont débuté en 1977 avec le groupe intersecrétariat sur les ressources en eau, puis ont été poursuivis par le Sous-Comité des ressources en eau du Comité administratif de coordination (CAC).

Cette année, ONU-Eau célèbre ses 15 ans d’existence. Avec 31 membres des entités des Nations Unies et 30 organisations partenaires externes, l’initiative s’emploie à assurer l’unité d’action du système de l’ONU pour répondre aux défis liés à l’eau.

Les trois principaux axes de nos travaux visent à orienter les politiques, à assurer le suivi, à établir des rapports et à encourager la prise de mesures. 

  1. Orienter les politiques

L’accès de tous à des services d’approvisionnement en eau potable sûrs ainsi qu'à des services d’assainissement de base pose des défis complexes auxquels seuls les partenariats et la collaboration peuvent répondre. Nos membres (les entités des Nations Unies) et nos partenaires (les organisations externes) collaborent pour identifier les questions émergentes et élaborer des réponses efficaces et coordonnées.

Le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et ses 17 objectifs de développement durable (ODD) ont pris en compte les liens entre l’eau et l’assainissement et tous les autres secteurs du développement.

L’eau et l’assainissement ont donc non seulement un objectif qui leur est consacré (ODD 6 : Garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau), mais ces deux domaines sont inclus dans tous les ODD afin de développer une approche intégrée et synergique de nature à promouvoir le développement durable.

L’initiative ONU-Eau contribue aux processus d’examen des ODD, y compris le forum politique de haut niveau sur le développement durable, et nos membres et nos partenaires communiquent des données qui sont consignées dans d’autres rapports importants. Elle s’emploie aussi à montrer les effets néfastes du changement climatique sur les ressources en eau et certains membres et certains partenaires ont proposé des solutions innovantes. Notre collaboration avec la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques est au centre de notre travail qui vise à établir des liens entre le changement climatique et l’atténuation de ses effets par le biais de la gestion des ressources en eau.

ONU-Eau a aussi plaidé pour que les questions liées à l’eau soient incluses dans d’autres accords historiques, comme le Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe 2015-2030 et le Programme d’action d’Addis-Abeba 2015, adopté par la Troisième Conférence internationale sur le financement du développement. Ces efforts ont contribué à assurer que l’eau et l’assainissement fassent partie intégrante de tous les efforts de développement internationaux.

  1. Suivi et établissement de rapports 

L’utilisation de données et de preuves pour éclairer la prise de décision peut garantir que les investissements sont efficaces et bien ciblés et contribuer à sensibiliser à ces questions. Pour ce faire, nous fournissons des données et des informations cohérentes et fiables sur les principales tendances dans le domaine de l’eau et de la gestion.

Ces dernières années, plusieurs initiatives, au sein et à l’extérieur du système des Nations Unies, ont recueilli des informations sur les différentes composantes du cycle de l’eau. Pour réaliser les objectifs du Programme 2030, ONU-Eau a lancé l’Initiative pour le suivi intégré de l’ODD 6, qui réunit toutes les institutions responsables des indicateurs de l’ODD et comprend les travaux du Programme commun OMS (Organisation mondiale de la santé)/UNICEF (Fonds des Nations Unies pour l’enfance) de surveillance de l’eau et de l’assainissement (JMP), l’évaluation annuelle de l’état de l’assainissement et de l’eau potable dans le monde (GLASS) ainsi que l’Initiative interinstitutions de surveillance intégrée (GEMI).

En novembre 2017, lors d'un atelier sur le suivi intégré, organisé par ONU-Eau et le Ministère de l’infrastructure et de la gestion de l’eau des Pays-Bas, 120 participants venant de 75 pays se sont réunis pour examiner les données de référence recueillies en 2016 et 2017 et partager leurs expériences. Ce type d’activités préparent le terrain pour renforcer la collaboration afin d’améliorer le suivi.

À l’heure de la rédaction de cet article, ONU-Eau s’attelle à produire le Rapport de synthèse 2018 consacré à l’ODD 6 relatif à l’eau et à l’assainissement et vient de lancer une réunion d’information sur des questions de fond pour présenter les premiers résultats. L’ensemble du rapport exprimera la position commune du système des Nations Unies, s’appuyant sur les données de référence, et sera publié en juin 2018, avant le forum politique de haut niveau sur le développement durable.

  1. Encourager la prise de mesures      

Chaque année, ONU-Eau coordonne les commémorations internationales de la Journée mondiale de l’eau et la Journée mondiale des toilettes pour sensibiliser aux questions essentielles et encourager la prise de mesures pour faire face aux crises auxquelles sont confrontées des milliards de personnes.

Chaque année, nous publions en mars le Rapport mondial sur la mise en valeur de l’eau (WWDR). En parlant d’une même voix du défi lié à l’eau, d’une importance stratégique mondiale, le WWDR fournit des informations fiables pour améliorer la façon dont nous utilisons l’eau afin de réaliser les objectifs de développement durable. Son thème a été développé dans les campagnes publiques lors des deux Journées mondiales citées plus haut. 

Par exemple, en 2016, le thème a été l’eau et l’emploi. Le WWDR a initié un débat mondial sur le fait que trois emplois sur quatre dans le monde dépendent des ressources en eau. Ce dialogue s’est poursuivi lors de la Journée mondiale de l’eau et la Journée mondiale des toilettes avec des manifestations, des réunions virtuelles et l’engagement des médias sociaux, tous s’appuyant sur les conclusions du WWDR. L’initiative Wash4Work a été lancée en 2016, lors de la Journée mondiale de l’eau, afin d’encourager les entreprises à améliorer l’accès à l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène sur le lieu de travail, dans les communautés où les travailleurs vivent ainsi que le long des chaînes d’approvisionnement.

L’année dernière, le WWDR avait pour thème les eaux usées et, en 2018, il sera consacré aux solutions fondées sur la nature. Les réactions du public, allant des enseignants aux utilisateurs de Facebook, en passant par le personnel des ONG et les décideurs, ont montré que les campagnes contribuent à lancer le débat mondial sur l’eau, l’assainissement et le développement durable et jouent un rôle important.

La voie à suivre

Des progrès remarquables ont été réalisés dans la gestion durable et l’élargissement de l’accès à l’eau salubre et à l’assainissement. Ces accomplissements, associés à une priorité politique croissante, ont donné une extraordinaire impulsion à la réalisation des objectifs d’ici à 2030. 

Nous savons que les défis sont immenses. Qu'il s'agisse de la santé, de l'éducation, de l’alimentation, de l’énergie, de l’égalité des sexes, de l’économie, de l’environnement, le succès de tous ces secteurs du développement durable est étroitement lié à l’accès de tous à des services d’approvisionnement en eau et d’assainissement gérés de manière durable.

L’eau faisant partie intégrante de chaque aspect de la vie, la réponse mondiale aux défis liés à l’eau doit être intégrée. Avec l’ODD 6, ce besoin est devenu encore plus urgent. Les pays réalisent la nécessité d’harmoniser leurs travaux et de les aligner aux niveaux local, national, régional et mondial. Réduire la charge qui leur imposée est donc l’une des priorités d’ONU-Eau et de l’Initiative de surveillance intégrée de l’ODD 6.

Avec le lancement de la Décennie internationale d’action « L’eau et le développement durable » 2018-2028 lors de la Journée mondiale de l’eau célébrée le 22 mars 2018, nous continuerons de soutenir les milliers d’organisations et de personnes sur le terrain en fournissant des informations ainsi que des possibilités d’engagement pour leur permettre d’agir et d’accélérer les progrès dans le domaine de l’eau et de l’assainissement. En réalisant les objectifs qui consistent à éradiquer l’extrême pauvreté et la faim et en promouvant la santé mondiale, ONU-Eau contribue à rendre le monde plus équitable et plus prometteur.