Le mouvement en faveur des droits et de la liberté de choix pour tous

Mother and baby attend health fair in Ahua Village, Côte d’Ivoire.

Patricia, 23 ans, est arrivée au centre de planification familiale, sachant peu de choses sur la contraception. Mais elle était intriguée. « Je ne veux plus avoir d’enfants, car je n’ai pas les moyens de les élever », a-t-elle expliqué. Ahua, Côte d’Ivoire, Juillet 2015. © FNUAP Afrique de l’Ouest et du Centre.

 
Aujourd’hui, les politiques démographiques portent sur des personnes et non sur des chiffres, et concernent les droits des personnes et des couples de décider s’ils auront des enfants, à quel moment et combien. Mais cela n’a pas toujours été le cas.

En 1969, l’année où a été créé le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), l’organisation des Nations Unies chargée des questions de santé sexuelle et procréative, la population mondiale avait atteint 3,6 milliards d’habitants et augmentait rapidement. Les taux de fécondité dans le monde étaient environ deux fois plus élevés qu’aujourd’hui.

À cette époque, de nombreux gouvernements s’inquiétaient des répercussions de la croissance démographique sur leur économie, leur société et leur environnement. Dans son ouvrage The Population Bomb1(La Bombe P) publié un an plus tôt, Paul Ehrlich mettait en garde que la « surpopulation » entraînerait des famines et détruirait la planète. Il appelait à adopter des politiques de contrôle démographique. Mais tout le monde ne partageait pas son point de vue concernant la croissance démographique et la meilleure manière d'y faire face. La communauté internationale s’est réunie cette même année à Téhéran, où les gouvernements sont convenus que « les parents ont le droit humain fondamental de déterminer librement et consciemment la taille de leur famille et l’espacement des naissances2 ».

C’est dans ce contexte que le FNUAP a été créé en vue d’informer les pays en développement des conséquences d'une croissance démographique rapide et de soutenir les programmes nationaux sur la population qui ont commencé une distribution de contraceptifs à un rythme jamais atteint jusque-là. Ces programmes ont permis à de plus en plus de femmes de faire des choix sûrs en matière de procréation, de mieux contrôler leur propre fécondité et d’avoir moins d’enfants. Toutefois, malgré la disponibilité accrue des contraceptifs, des centaines de millions de femmes n’y avaient toujours pas accès. Des obstacles, allant du coût élevé à une offre limitée dans les régions reculées, en passant par des attitudes négatives vis-à-vis de la contraception, ont empêché de nombreuses femmes de prendre des décisions concernant leur corps, y compris celle d’avoir un enfant et à quel moment.

Au cours des 25 années suivantes, un mouvement communautaire mené par des groupes de femmes a fait une campagne d’information non seulement sur les moyens de contraception mais aussi pour aider à éliminer les obstacles concernant l’information et les services. Ce mouvement a ouvert la voie à un changement fondamental des politiques démographiques mises en place par les gouvernements partout dans le monde. Auparavant, un grand nombre de programmes visaient seulement à réduire le nombre d’enfants dans un couple. Les nouveaux programmes ont mis l’accent sur l’importance de donner aux femmes le pouvoir et les moyens de gérer leur propre fécondité.

Ce changement a donné lieu à l’adoption par 179 gouvernements du Programme d’action de la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD) au Caire, en 1994. Ce Programme visait à émanciper les femmes et à faire de la santé procréative une réalité pour toutes en réaffirmant le droit des personnes et des couples à décider librement et de manière responsable du nombre de leurs enfants et de l’espacement des naissances, le même droit qui avait été reconnu 26 ans plus tôt, lors de la Conférence internationale des droits de l’homme à Téhéran.

Nous savons aujourd’hui que les politiques démographiques centrées sur les droits de l’homme et la liberté de choix de tous améliorent le bien-être des femmes et des filles, transforment les familles et les sociétés et accélèrent le développement mondial.

Nous savons aujourd’hui que les politiques démographiques centrées sur les droits de l’homme et la liberté de choix de tous améliorent le bien-être des femmes et des filles, transforment les familles et les sociétés et accélèrent le développement mondial. Lorsqu’ils sont informés et libres de prendre des décisions sur la planification et l’espacement des naissances, les couples et les personnes choisissent généralement d’avoir moins d’enfants.

Dr. Natalia Kanem spends time with midwives and UNFPA staff at the D5 reproductive health clinic in Cox’s Bazar, Bangladesh. © UNFPA Bangladesh/Lauren Anders Brown

Natalia Kanem rencontre des sages-femmes et des membres du FNUAP au centre de consultation en santé procréative D5 à Cox’s Bazar, au Bangladesh. Juin 2018. © FNUAP Bangladesh/Lauren Anders Brown 


Il y a 25 ans, une femme qui vivait dans un pays moins développé avait en moyenne six enfants. Aujourd’hui, elle en a au maximum quatre. Cette baisse des taux de fécondité est en grande partie due à un meilleur accès aux méthodes de contraception modernes dans l’ensemble du monde en développement. Des centaines de millions de femmes qui souhaitent éviter une grossesse ont aujourd’hui les moyens de le faire. Cependant,  des centaines de millions d'autres en sont privées. Selon les données disponibles les plus récentes, 214 millions de femmes souhaitent prévenir une grossesse, mais n’utilisent pas de contraceptifs. Dans les 51 pays où les données sont disponibles, seulement 57 % des femmes mariées sont capables de prendre leurs propres décisions concernant l’utilisation de contraceptifs, les soins de santé et les rapports sexuels avec leur partenaire.

De toute évidence, il reste un long chemin à parcourir avant d’atteindre l’objectif du Programme d’action de la CIPD d’offrir des services de santé sexuelle et procréative à toutes. Les femmes et les filles les plus pauvres, les personnes handicapées, les populations autochtones, les minorités raciales et ethniques ainsi que les personnes ayant des orientations sexuelles diverses continuent d’être confrontées à des inégalités et à des traumatismes. L’universalité est un principe directeur de la CIPD. Les engagements que nous avons pris en 1994 visent surtout à permettre à chacun de jouir de ses droits partout dans le monde. Mais ils reposent aussi sur d’autres objectifs mondiaux et y contribuent, y compris le Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies et ses 17 objectifs de développement durable (ODD).

Par exemple, la réalisation de l’ODD 1 – Éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde – nécessite en partie que les filles puissent passer de l’adolescence à l’âge adulte dans des conditions saines et en toute sécurité et réaliser leur plein potentiel. De même, pour réaliser l’ODD 3 – Permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous, à tout âge – les femmes doivent pouvoir avoir des grossesses sans risque, accoucher dans de bonnes conditions et éviter les grossesses non désirées ainsi que les infections sexuellement transmissibles, y compris le VIH. L’ODD 5 – Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles – ne pourra être réalisé que lorsque les femmes et les filles pourront prendre la décision d’avoir des rapports sexuels, de choisir leur partenaire et à quel moment être enceinte. Si nous ne pouvons pas atteindre les objectifs du Programme d’action de la CIPD, il nous sera impossible de réaliser les ODD. En d’autres termes, les ODD ne peuvent pas être atteints sans la CIPD.

Leur réalisation dépend aussi de la disponibilité de données démographiques de grande qualité pour sortir les plus vulnérables de l’invisibilité. À cette fin, le FNUAP collabore avec les pays et le système des Nations Unies pour améliorer les systèmes de données démographiques qui permettent de repérer ceux qui sont le plus à la traîne et de cerner leurs besoins.

Family planning is helping women in Myanmar protect their health and families. © UNFPA Myanmar

La planification familiale aide les femmes au Myanmar à protéger leur santé et leur famille. Octobre 2016. © FNUAP Myanmar. 

 

Pour aller de l’avant, il faut garantir la pleine réalisation des droits et la liberté de choix pour chaque personne et chaque couple, où qu’ils vivent et quel que soit leur revenu.

Pour aller de l’avant, il faut garantir la pleine réalisation des droits et la liberté de choix pour chaque personne et chaque couple, où qu’ils vivent et quel que soit leur revenu. Cela inclut l’élimination de tous les obstacles économiques, sociaux et institutionnels qui entravent les progrès. La levée de ces obstacles permet non seulement d’améliorer la vie des personnes, mais aussi de stimuler la croissance économique, de bâtir de nouvelles bases pour des sociétés plus prospères, plus équitables et plus résilientes.

Nous mesurerons notre réussite non seulement par la réduction des taux de fécondité, mais aussi par les progrès réalisés par les peuples eux-mêmes, par le nombre accru de femmes et de filles qui prendront librement la décision de faire des études, d’entrer dans la vie active, de se marier et d’avoir des enfants.

L'année 2030 approche. Nous avons besoin de bien plus de moyens pour obtenir des résultats pour tous, avec un degré d’urgence à la hauteur de la tâche à accomplir. Les avantages qu’il y a à investir dans la santé sexuelle et procréative, y compris la planification familiale, touchent l’ensemble des secteurs. Cependant, le financement est assumé en grande partie par le secteur de la santé, qui demeure considérablement sous-financé. Notre tâche est de réunir un plus grand éventail de partenaires et, surtout, d’assurer le financement nécessaire pour fournir des solutions ambitieuses, intégrées et innovantes. Cela signifie réunir le secteur de la santé et ceux de l’éducation, de l’égalité des sexes, de la population et du développement, et notamment les ministres des Finances et du Trésor.

C’est pourquoi le FNUAP et les Gouvernements du Kenya et du Danemark ont co-organisé un sommet qui se tiendra en novembre à Nairobi visant à mobiliser les engagements mondiaux, nationaux et locaux, et surtout financiers, entre autres, des gouvernements, des institutions financières, de la société civile, du secteur privé.

À Nairobi, nous voulons que des engagements ambitieux, à la fois politiques et financiers, soient pris d’ici à 2030, la même année où les ODD doivent être atteints, afin de réaliser les droits en matière de santé sexuelle et procréative, y compris que des mesures soient mises en œuvre pour répondre aux demandes insatisfaites de contraceptifs, mettre fin aux décès maternels évitables et lutter contre la violence sexiste, les mutilations génitales féminines et les mariages précoces. Nous espérons que Nairobi servira de tremplin pour élaborer des solutions. Nous devons collaborer et innover comme jamais auparavant, en particulier concernant les données.

La réalisation de ces objectifs contribuera à bâtir un monde où chaque grossesse est désirée, chaque naissance est sans risque et chaque jeune réalise son potentiel. C’est le monde que nous voulons – et que nous pouvons avoir si nous nous unissons à Nairobi et au-delà pour terminer la tâche que nous avions commencé il y a 25 ans.

En ce jour de la Journée mondiale de la population, le 11 juillet 2019, le FNUAP appelle les gouvernements, la société civile, les communautés et les personnes de tous les secteurs à réaffirmer leurs engagements au Programme d’action de la CIPD et d’accélérer les progrès accomplis pour faire des droits et de la liberté de choix une réalité pour tous.

 

1. Ehrlich, Paul R., The Population Bomb (New York, Ballantine Books, 1968).

2. Dernier acte de la Conférence internationale des droits de l’homme, Téhéran, du 22 avril au 13 mai 1968 (publication des Nations Unies, vente n° E.68.XIV.2), para.1

 

La Chronique de l’ONU ne constitue pas un document officiel. Les points de vue exprimés par les auteurs, les frontières et les noms indiqués ainsi que les désignations employées sur les cartes ou dans les articles, n’impliquent pas nécessairement la reconnaissance ni l'acceptation officielle de l’Organisation des Nations Unies.