Le désarmement dans le Programme de développement durable à l’horizon 2030

Izumi Nakamitsu, Haute-Représentante pour les affaires de désarmement des Nations Unies, informe le Conseil de sécurité alors qu’il examine la situation au Moyen-Orient. 5 février 2018. © Photo ONU/Manuel Elias

Le lien entre le désarmement, la maîtrise des armes et le développement

Le fait que le désarmement et la maîtrise des armes soient liés au développement n’est pas une idée nouvelle. L’article 26 de la Charte des Nations Unies reconnaît le désarmement comme condition préalable à la paix durable, à la sécurité et au développement en appelant au maintien de la paix et de la sécurité internationales en détournant le moins possible les ressources économiques et humaines du monde.

Depuis longtemps, le désarmement est en grande partie supprimé du programme de développement. Et ce, malgré les nombreuses preuves indiquant que l’accumulation excessive d’armes détournent les ressources nécessaires au développement et alimente les conflits armés et la violence, causant des morts et des souffrances, des inégalités sociales ainsi que la dégradation de l’environnement. En conséquence, l’échec à établir des systèmes de désarmement et de maîtrise des armes efficaces a des conséquences désastreuses pour le développement socioéconomique, la paix et la sécurité ainsi que pour le bien-être humain.

Le Secrétaire général a reconnu cette question dans son nouveau Programme pour le désarmement dans lequel il décrit « l’énorme potentiel » que les activités de désarmement représentent pour la réalisation des objectifs de développement. Lancé le 24 mai 2018, ce programme offre de nouvelles perspectives pour mieux intégrer le désarmement et la maîtrise des armes dans notre travail concernant d’autres priorités internationales, en évitant de considérer cette question urgente du seul point de vue sécuritaire, comme nous avons tendance à le faire. Il nous encourage plutôt à placer le désarmement et la maîtrise des armes dans le cadre du développement durable, de la prévention des conflits et de la consolidation de la paix. 

Le désarmement et la maîtrise des armes : Une contribution à la paix et à la sécurité

Le Programme 2030 et ses objectifs de développement durable (ODD) offrent une occasion unique de reconsidérer la relation historique entre le désarmement et le développement. Alors que l’ODD 16 met l’accent sur la promotion de sociétés pacifiques et inclusives, sur l’accès à la justice ainsi que sur la mise en place d’institutions efficaces et reconnaît que les conditions d’une paix durable sont nécessaires pour garantir le développement à long terme, nous devons mieux comprendre les divers secteurs dans lesquels la réalisation des objectifs de désarmement peut contribuer à la mise en œuvre des ODD. Tous les États Membres se sont engagés à appliquer cette approche intégrée.

Une préoccupation centrale en matière de désarmement et de maîtrise des armes concerne la protection des civils contre l’impact des armes. Des mesures pour interdire ou limiter certaines armes pour motifs humanitaires ont un rôle à jouer dans la réduction de la violence armée et les morts qui en résultent, un objectif visé par la cible 16.1. Le nombre croissant de conflits armés et d’armes explosives employées dans les villes a des effets particulièrement dévastateurs sur les civils, causant des morts, des blessés, le déplacement forcé des populations ainsi que la destruction des moyens de subsistance et des infrastructures. En réponse à l’escalade de la violence armée, les Nations Unies soutiennent les efforts menés par les États Membres pour établir des limites appropriées, des normes et des politiques communes conformément au droit humanitaire international sur l’emploi des armes explosives dans les zones peuplées.

Avec la cible 16.4 concernant la réduction significative du trafic illicite d’armes, le Programme 2030 reflète l’importance de la maîtrise des armes pour promouvoir la paix, la sécurité et le développement durable tout en plaçant le désarmement et la maîtrise des armes dans le cadre des politiques de développement. Afin de trouver des solutions durables et cohérentes mettant l’accent sur le problème du contrôle des armes légères, les Nations Unies établiront un mécanisme de financement multipartite par le biais du Fonds pour la consolidation de la paix, contribuant à la fois aux cible 16.4 et 16.a concernant le renforcement des capacités institutionnelles des États à prévenir la violence, le terrorisme et la criminalité.

Le désarmement et la maîtrise des armes : Une contribution au Programme 2030

La réalisation des objectifs liés au désarmement et à la maîtrise des armes contribue à celle des autres ODD relatifs à la santé, à l’éducation, à l’égalité des sexes, à la croissance économique, à la réduction des inégalités et à la sécurité dans les villes.

Le désarmement et la maîtrise des armes peuvent faire avancer les progrès dans la réalisation de l’ODD 3 concernant la santé et le bien-être, car la violence armée est la principale cause de morts prématurées et une cause majeure de blessures, de handicaps, de troubles psychologiques et de maladies. Une autre préoccupation croissante concerne le risque posé par l’acquisition et l’emploi d’armes biologiques. Pour y faire face, les Nations unies renforcent la capacité des États Membres à mettre en œuvre la Convention sur les armes biologiques et établira une capacité permanente d’enquête sur l’emploi présumé de ces armes.

L’éducation en matière de désarmement, qui promeut une culture de la paix et la non-violence, contribue à la réalisation de l’ODD 4 concernant l’accès à une éducation de qualité. La sensibilisation aux questions liées au désarmement met l’accent sur les approches visant à réduire et à éliminer les conflits violents. Elle encourage aussi les efforts menés pour promouvoir la sécurité nationale et internationale à des niveaux d’armement plus faibles. Une telle éducation permet d’acquérir les connaissances et les compétences pour participer à la réalisation d’objectifs concrets en matière de désarmement.

En ce qui concerne l’ODD 5 relatif à l’égalité des sexes, le désarmement tenant compte de la problématique hommes-femmes et la maîtrise des armes ont un rôle avéré dans l’élimination de la violence à l’égard des femmes et des filles dans la vie publique et dans la vie privée. Les armes affectent différemment les femmes, les hommes, les filles et les garçons. Si les morts violentes sont plus fréquentes chez les hommes et les garçons, et si ceux-ci constituent la majorité des détenteurs et des utilisateurs d’armes, les femmes et les filles sont plus fréquemment victimes de la violence sexiste, y compris de la violence familiale et des violences sexuelles, en raison de l’accès aisé à des armes de petit calibre. Pour répondre à la violence à l’égard des femmes, il est essentiel que les questions d’égalité des sexes soient prises en compte lors de l’élaboration des lois et des politiques sur le désarmement et la maîtrise des armes. Nous devons aussi lutter contre les stéréotypes sexistes de la masculinité associés à la détention et à l’emploi d’armes de petit calibre, ce qui augmente le risque de violence sexiste.

Il existe aussi un lien étroit entre le désarmement et la réalisation de l’ODD 8 relatif à la promotion d’un travail décent et de la croissance économique. Des études menées par les Nations Unies ont montré que des dépenses militaires excessives ont un impact négatif sur la croissance économique, l’investissement et l’emploi. La réduction des budgets militaires peut atténuer ces effets négatifs et permettre de réorienter les dépenses publiques vers des programmes axés sur les populations afin de promouvoir le développement social et économique. Ces mesures contribueront aussi à la réalisation de l’ODD 10 relatif à la réduction des inégalités. Pour encourager la réduction mutuelle des dépenses militaires, les Nations Unies s’attachent à établir un dialogue au niveau régional et à promouvoir des initiatives visant à instaurer la confiance.

Les mécanismes de transparence et de confiance, comme le Rapport des Nations Unies sur les dépenses militaires, peuvent renforcer la confiance entre les pays, ce qui conduira à une plus grande stabilité. Ces mécanismes et d’autres mécanismes de transparence, comme le Registre des armes classiques de l’Organisation des Nations-Unies où les États enregistrent les importations et les exportations d’armes, promeuvent des institutions efficaces, responsables et transparentes, un engagement essentiel de la cible 16.6.

Le désarmement et la maîtrise des armes contribuent aussi à l’ODD 11 concernant la sécurité, la résilience et la viabilité des villes et des établissements humains. Dans de nombreux pays, les dépôts d’armes et de munitions sont situés dans des zones peuplées où des explosions imprévues peuvent faire de nombreux morts, causer des blessures, entraîner le déplacement des populations et engendrer des pertes économiques ainsi que la destruction des moyens de subsistance et des infrastructures. Au cours des dernières décennies, des explosions accidentelles sont survenues dans des dépôts de munitions situés dans plus de la moitié des États. La gestion des stocks de munitions dans des conditions de sécurité physique et matérielle, y compris l’identification des munitions en excédent et leur destruction, permet de prévenir la survenue de ces incidents. Les Nations Unies élaborent et diffusent des normes, des directives et des bonnes pratiques pour aider les États à améliorer la sécurité physique des stocks d’armes et de munitions ainsi que leur gestion.  Les Normes internationales sur le contrôle des armes légères et les Directives techniques internationales sur les munitions sont les principaux exemples de ces efforts.

Enfin, la communauté du désarmement peut contribuer à une gouvernance mondiale plus inclusive, un objectif exprimé dans les cibles 5.5 et 16.8. Pour réaliser une plus grande inclusivité, nous devons veiller à ce que les femmes participent pleinement, sur un pied d’égalité avec les hommes, au processus de prise de décision et soutenir la participation active de tous les États dans les instances de désarmement, en particulier des pays en développement. Un mécanisme de désarmement plus inclusif donnera des résultats plus fiables et plus durables dans tous les domaines de la paix et de la sécurité et devrait être au centre de nos efforts.

L’avenir : renforcer les partenariats en faveur du désarmement

Je suis convaincue que l’investissement dans le désarmement et la maîtrise des armes est un investissement direct à long terme dans la paix et la sécurité et, donc, dans le développement durable. Les ODD offrent un cadre d’action global, universel et je m’engage à établir des partenariats et des collaborations et à les renforcer afin d’atteindre ces objectifs. La promotion du désarmement et de la maîtrise des armes apporte une contribution significative au développement. La reconnaissance de ce fait sur une plus grande échelle contribuera à rendre le monde plus sûr, plus prospère et mieux préparé à relever les défis du XXIe siècle.