L’initiation aux médias et à l’information comme moyen de prévention contre l’extrémisme violent

L’atelier de Global Nomads Group sur la réalité virtuelle pendant le festival PLURAL+2016. © Hernan Valle

Depuis sa création, il y a plus de dix ans, l’Alliance des civilisations de l’Organisation des Nations Unies (ADC) a reconnu que l’initiation aux médias était un domaine éducatif et culturel qui devait être abordé, en particulier pour améliorer la compréhension entre les personnes issues de milieux religieux et culturels différents. Elle considère que ce domaine est une occasion de développer des initiatives de consolidation de la paix en luttant contre la polarisation qui engendre souvent des affrontements violents sur fond identitaire.

Le Rapport du Groupe de haut niveau pour l’Alliance des civilisations note :

L’exposition constante des populations aux médias, en augmentation à cette époque électronique et numérique, représente un défi pour l’éducation. L’évaluation des sources d’informations requiert des capacités et une pensée critique et constitue une responsabilité éducative […] La capacité de séparer les faits des opinions, d’évaluer les préjugés des textes et des images et de construire et déconstruire un texte en se basant sur les principes de la logique constitue un ensemble d’aptitudes enseignables. L’enseignement de la connaissance des médias n’est pas largement reconnu pour son importance comme un aspect d’éducation civique et pacifique et, de ce fait, peu de programmes d’enseignement ont été développés dans le cadre d’une éducation moderne de base.1

Le Rapport recommande de mettre en place « des programmes d’éducation aux médias dans les écoles et, en particulier, au niveau de l’enseignement secondaire, pour aider à développer le sens du discernement et de l’approche critique face aux reportages chez les consommateurs de médias » et de « favoriser la sensibilisation aux médias et le développement de l’éducation à Internet afin de lutter contre les perceptions erronées, les préjugés et les discours de
haine2  ».

L’Alliance a pris ces recommandations au sérieux. Lors de son premier forum, qui a eu lieu à Madrid en janvier 2008, elle a présenté un Centre d’échange d’initiation aux médias qui a continué à se développer pour devenir la plate-forme principale des Nations Unies en matière de diffusion mondiale et multilingue des ressources et de l’information relatives à l’initiation aux médias. L’un des résultats de ce forum a été la création, en partenariat avec l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), d’un réseau d’universités mondial sur l’initiation aux médias comme plate-forme pour le dialogue interculturel.

L’Alliance partage l’avis de l’ancien Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon qui a déclaré, suite à l’adoption de la Résolution 2178 (2014) du Conseil de sécurité3, qu’ « à plus long terme, la plus grande menace posée pour les terroristes n’est pas la puissance des missiles. C’est la politique d’intégration4  ». Elle reconnaît aussi, comme il est stipulé dans le préambule de cette résolution, que l’éducation et le développement d’un contre-discours dans la promotion de la violence et des conflits, en particulier sur Internet, sont des éléments fondamentaux lorsque l’on s’emploie à prévenir l’extrémisme violent.

En ce qui concerne l’initiation aux médias et à l’information, l’Alliance travaille étroitement avec l’UNESCO, non seulement dans les activités et les produits du réseau d’universités mondial mentionné ci-dessus, mais aussi en publiant des ressources visant à fournir des informations aux éducateurs et aux responsables politiques. Particulièrement important à cet égard est le Yearbook 2016: Opportunities for Media and Information Literacy in the Middle East and North Africa5, produit en anglais et en arabe par le Centre d’information nordique sur les recherches en médias et communications.

Elle participe aussi à des initiatives de recherche, considérant toujours l’initiation aux médias comme une plate-forme pour le dialogue interculturel et la prévention de la violence. Un bon exemple de cet engagement est l’étude de cas concernant « la Mosquée de Ground Zero »6 à New York, lancée par l’ADC en 2011 et réalisée par l’University of Maryland’s International Center for Media, Public Agenda et el Gabinete de Communicaión y Educación de l’Université autonome de Barcelone. La recherche est axée sur l’analyse conceptuelle de la représentation des médias de ce phénomène – la polémique entourant ce projet de mosquée à Ground Zero et la résistance du public qu’il a suscitée – en regardant les messages médiatiques couvrant les événements diffusés sur les médias (télévision et presse) aux États-Unis d’Amérique, en Amérique latine, en Europe et au Moyen-Orient.

Au début de cette année, l’Alliance et l’Impact universitaire des Nations Unies (UNAI) ont organisé ensemble une table ronde, intitulée « Initiation aux médias et à l’information : stratégies éducatives pour la prévention de l’extrémisme violent », au cours de laquelle des spécialistes d’Europe, d’Asie, des États-Unis d’Amérique, d’Amérique latine et du Moyen-Orient ont discuté des opportunités et des défis dans la mise en œuvre des programmes d’initiation aux médias comme moyens efficaces pour prévenir l’extrémisme violent.

L’Alliance sait pertinemment que la censure des médias perçus comme potentiellement nuisibles ne permettra pas d’enrayer la propagation des messages médiatiques dont les discours extrémistes attirent les jeunes. Nous reconnaissons que l’initiation aux médias ainsi que le développement des capacités de réflexion face aux messages média- tiques dans les pratiques pédagogiques formelles et informelles constituent un meilleur investissement, plus durable à long terme, dans la prévention de l’extrémisme violent.

En gardant ce constat à l’esprit, l’Alliance a aussi organisé des séminaires sur l’initiation aux médias dans les écoles primaires et les collèges publics en Égypte et au Maroc en collaboration avec les universités locales et les gouvernements nationaux. Les enseignants ont suivi un séminaire de trois jours au cours duquel ils ont acquis les connaissances de base et appris comment inclure l’initiation aux médias dans leurs pratiques pédagogiques.

L’Alliance poursuit son travail d’initiation aux médias dans le cadre de l’éducation à la consolidation de la paix. Visant à donner aux jeunes les moyens de créer leurs propres activités de production médiatique et leur fournissant des réseaux pour diffuser leurs vidéos évoquant les défis liés à l’inclusion sociale, elle a créé et développé PLURAL+ en collaboration avec l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). Ce projet, qui fête son neuvième anniversaire en 2017, est un festival de vidéos produites chaque année par des jeunes sur les thèmes de la migration, de la diversité, de l’inclusion sociale et de la prévention de la xénophobie. Le concept d’initiation aux médias est donc élargi pour inclure le soutien à l’inclusion sociale des jeunes en offrant des réseaux de diffusion pour la distribution mondiale de leurs propres messages médiatiques et en assurant que ces messages produits de manière éthique trouvent une plate-forme de distribution dans le monde.

Notre intérêt pour l’initiation aux médias continue de croître et d’évoluer. La prochaine table ronde organisée par l’Alliance au Siège des Nations Unies intitulée « Décrypter les fausses nouvelles de l’information qui forme l’opinion : une discussion sur l’initiation aux médias » et les ateliers PEACEapp où les jeunes réfugiés travaillent ensemble avec des jeunes de leur pays d’accueil pour développer des jeux vidéo sont deux exemples récents des nombreuses initiatives de l’Alliance dans le domaine de l’initiation aux médias7.

Pour l’Alliance, le développement de la pensée critique et la création d’opportunités pour l’inclusion sociale des jeunes sont des façons concrètes de prévenir l’extrémisme violent par l’initiation aux médias.   ❖

Notes

1      Alliance des civilisations de l’Organisation des Nations unies, rapport du Groupe de haut niveau (New York, Nation Unies, 2006), p. 26. Disponible sur le site www.unaoc.org/resource/alliance-of-civilizations-report-of-the-high-level-group-13-november-2006/.

2      Ibid., p. 34.

3      S/RES /2178 (2014).

4      Cité lors de la 7272e réunion du Conseil de sécurité, le Conseil de sécurité adopte à l’unanimité la résolution condamnant l’extrémisme violent, soulignant la nécessité d’empêcher les combattants terroristes étrangers de voyager et de leur apporter un soutien, SC/11580, 24 septembre 2014. Disponible sur le site http://www.un.org/press/en/2014/sc11580.doc.htm.

5      Pour plus d’informations sur les publications de l’UNAOC MIL, voir notre site internet commun à https://milunesco.unaoc.org.

6      Voir alliance des civilisations de l’Organisation des Nations Unies, « Uncovering Media Bias: The ‘Ground Zero Mosque’ Case Study », 14 septembre 2011. 
Disponible sur le site https://www.unaoc.org/2011/09/uncovering-media-bias-the-“ground-zero-mosque”-case-study/.

7      Pour plus d’informations sur les initiatives et les ressources de l’UNAOC concernant l’initiation aux médias, voir www.unaoc.org/media-information-literacy.