Faire connaître l’ONU au moyen de l’apprentissage par l’expérience

« En tant qu’ éducateurs…vous pouvez aider les étudiants à développer… une identité civique mondiale et à comprendre comment leurs décisions ont un impact qui va bien au-delà de leur voisinage immédiat. Les Nations Unies occupent une place unique pour collaborer avec vous afin d’ inculquer un sentiment de citoyenneté mondiale chez les jeunes d’aujourd’ hui. »

Secrétaire général Ban Ki-moon le 30 janvier 20091

Le respect de l’échéance du 1er novembre 2013 par la Syrie concernant la destruction de son arsenal chimique et des équipements servant à la production d’armes chimiques a été une victoire, bien que certains problèmes demeurent, et a démontré le besoin continu de rechercher des solutions diplomatiques pour régler et éviter des conflits de portée mondiale. Il y a plus de 60 ans, lorsque les Nations Unies ont été créées pour prévenir les fléaux d’une autre guerre mondiale, l’objectif était de forger le premier partenariat d’États nations pour assurer la sécurité collective et régler les conflits au moyen de la diplomatie. Depuis la guerre froide et jusqu’à nos jours, le rôle des Nations Unies dans la prévention des conflits a été étudié, analysé et débattu dans le monde de la politique internationale et dans les milieux universitaires.

Quelle que soit la façon dont les éducateurs perçoivent le rôle des Nations Unies, depuis des décennies les enseignants de l’école secondaire et post-secondaire dans le monde ont souligné l’importance de diffuser un enseignement sur l’Organisation. Avec 51 nations en 1945 et l’ajout du Sud-Soudan en 2011, les Nations Unies comptent aujourd’hui 193 pays membres. Alors que le nombre d’États Membres a augmenté et que l’Organisation s’est adaptée aux dynamiques mondiales en évolution, ses fonctions se sont élargies pour couvrir des domaines comme, entre autres, la paix et la sécurité, les droits de l’homme, l’aide humanitaire, le développement social et économique. Un intérêt croissant pour son histoire, sa structure et ses fonctions s’est également manifesté chez les enseignants et chez les élèves. La genèse de la création, de la structure et des fonctions des différents organismes de la famille des Nations Unies et la pertinence de l’Organisation dans son ensemble demeurent des aspects fondamentaux des études de sciences politiques, de relations internationales et des disciplines connexes. Jusqu’à présent, les élèves apprenaient l’histoire des Nations Unies et leurs activités internes dans des ouvrages et dans des articles, notamment dans des publications de l’ONU. Pour les étudiants résidant à proximité de New York, une visite d’une journée à son Siège offre une introduction directe au bâtiment de l’Assemblée générale et aux salles de conférences, ainsi qu’au Conseil de sécurité, au Conseil économique et social et au Conseil de tutelle. Avec l’arrivée des technologies, des tours virtuels offrent un aperçu de ses travaux2.

Alors que l’enseignement traditionnel et les informations sur Internet continuent d’être des outils utiles pour s’informer sur son système, ils ne satisfont que partiellement la fascination et l’enthousiasme qui capturent l’imagination des élèves désireux de s’informer sur le processus d’élaboration des politiques mondiales auquel contribue un large éventail de participants représentant les différentes cultures et les différents États nations dans le monde. Comment les élèves peuvent- ils s’engager dans ce processus au sein du système de l’ONU ?

C’est une question que les éducateurs se posent depuis longtemps. Les disciplines universitaires cherchent des moyens de lier l’enseignement au monde réel dans lequel les étudiants obtiendront un diplôme, chercheront un emploi et mèneront leur vie professionnelle et personnelle. L’école secondaire, en particulier les universités, intègrent de plus en plus l’apprentissage par l’expérience qui donne une expérience directe en appliquant les connaissances théoriques dans les lieux de travail et dans les organisations. C’est ainsi que des stages sont offerts aux étudiants au cours desquels ils peuvent contribuer au travail de l’organisation et apprendre par la pratique. Les avantages pédagogiques que présente l’apprentissage par l’expérience sont nombreux et documentés. Même si les étudiants voient les avantages les plus directs comme de meilleures chances d’emploi, l’impact est plus profond. « Le meilleur argument en faveur des stages est qu’ils améliorent significativement la capacité des étudiants à analyser et à comprendre les phénomènes politiques3. » Des études indiquent que ceux qui suivent un enseignement axé sur l’apprentissage par l’expérience restent généralement plus impliqués et que leur taux de rétention est plus élevé dans les universités4. Il existe de nombreux programmes proposant des stages aux étudiants. Les Nations Unies, par exemple, leur offrent la possibilité d’effectuer un stage pour lequel ils peuvent postuler. Un stage représente d’excellentes opportunités, mais la concurrence est rude, et les stages sont principalement offerts aux étudiants de premier et de deuxième cycles5. Sur le plan logistique, cette option peut ne pas convenir à de nombreux étudiants.

Un instrument unique et de longue haleine qui permet aux étudiants d’apprendre par l’expérience et prend en considération ce type d’impact multidimensionnel et plus profond est le modèle de simulation « l’ONU mise en scène ». Même avant la création des Nations Unies, un groupe d’étudiants de grandes universités privées a introduit, dans les années 1920, son propre modèle de simulation qui s’est ensuite mué en « l’ONU mise en scène6  ». Dans ce modèle, les étudiants assument le rôle de délégués des États Membres des Nations Unies et des organisations et s’attaquent aux problèmes actuels auxquels la communauté mondiale est confrontée. Souvent, cela implique des scénarios de crise avec la survenue d’un conflit violent ou d’une pandémie mondiale que les participants doivent résoudre dans un laps de temps limité en tenant compte de multiples problèmes. Suite à l’intérêt croissant des étudiants pour les possibilités d’apprentissage offrant des expériences directes dans la conduite des négociations diplomatiques et à la réalisation des avantages qu’offrent les compétences associées à la rédaction d’exposés de position, à la conduite des négociations et à la résolution des conflits, le nombre de conférences de « l’ONU mise en scène » a rapidement augmenté et s’est développé dans les 50 États des États-Unis, ainsi qu’en Afrique, en Asie, en Amérique latine et en Europe. Depuis 1992, « plus de 100 000 écoles secondaires et universités ont participé à plus de 150 conférences de « l’ONU mise en scène » organisées chaque année aux États-Unis et au Canada7  ». Ce type de conférences à New York attire chaque année plus de 5 000 étudiants venant du monde entier.

Même si la structure et la réalisation d’un programme de « l’ONU mise en scène » peut varier, il permet aux étudiants de se faire une idée des travaux des Nations Unies, des rôles que les différents organismes et organisations remplissent et des vicissitudes associées à l’élaboration des politiques au niveau mondial avec une multitude d’acteurs, de priorités et de valeurs. Selon la taille de la classe, les groupes de simulation peuvent être réduits, par exemple, pour reproduire le Conseil de sécurité. Des groupes plus importants peuvent représenter les États Membres et jouer le rôle de l’Assemblée générale. Les étudiants jouent le rôle de diplomates représentant les pays, leurs priorités et leurs intérêts ainsi que les questions inscrites à l’ordre du jour mondial. Pour les instructeurs, cela signifie offrir aux étudiants une connaissance approfondie de la structure et des fonctions de l’ONU ainsi que des questions mondiales majeures et des instructions claires sur le processus de simulation et ses objectifs. Généralement, les étudiants organisent des conférences sur le campus et participent également avec d’autres institutions à de petites et grandes conférences. En plus de l’étude de documents couvrant ces aspects, des publications et des guides du délégué d’organisations comme l’Association des Nations Unies des États-Unis d’Amérique offrent des ressources utiles pour préparer les étudiants à la simulation et aux jeux de rôle.

Un aspect fondamental de la simulation des conférences de l’ONU est l’immersion dans les communications orales et écrites. Durant la conférence, les étudiants participent à des négociations en petits ou en grands groupes et échangent des idées, trouvent des solutions et rédigent des exposés de position et des arguments. Pour faire adopter leurs résolutions, ils doivent se réunir en comité électoral, représentant et défendant les positions de leurs pays et communiquant leurs positions. Les compétences qui sont développées au cours de ces conférences sont acquises pour toujours. Les élèves du secondaire considèrent que cet exercice leur a permis de développer des idées politiques cohérentes et de les présenter avec confiance. Pour eux, c’est une expérience unique que peu d’écoles auraient pu offrir. Elle leur a aussi permis de développer des compétences interpersonnelles et de nouer des contacts avec des élèves motivés d’autres écoles. Les amitiés et les groupes de soutien qu’ils ont forgé leur ont servi durant leurs années d’université et au-delà8. Ce type d’éducation par l’expérience offre des valeurs à long terme dans la préparation des élèves à leur vie professionnelle.

À quels élèves « l’ONU mise en scène » bénéficie-t-elle ? Contrairement aux  idées  populaires,  de  nombreux élèves de disciplines diverses en bénéficient. Il est clair que ce programme attire les étudiants des filières sciences politiques et relations internationales. Cette formation importante apprend à ceux qui sont intéressés par la politique du pouvoir à travailler dans un contexte où les rapports de force sont déséquilibrés. Ils apprennent l’art de la persuasion et des compromis ainsi que leur rôle dans la résolution d’un conflit. Toutefois, on se rend de plus en plus compte que les simulations de l’ONU sont aussi utiles à d’autres élèves. En plus de la paix et de la sécurité, des questions comme les crises sanitaires mondiales, celles liées à la viabilité environnementale et les priorités du développement concernent les étudiants poursuivant des études dans les domaines de la santé, de l’environnement et autres disciplines connexes. Les témoignages d’étudiants en sciences économiques qui participent aux conférences de simulation soulignent l’impact de ce type d’apprentissage. Certains confirment que malgré des doutes sur son impact, cette expérience est bénéfique aux étudiants de la filière économique de diverses façons. Elle améliore leurs compétences en matière de recherche, de communications écrites et orales, de négociations et de résolution des conflits. Persuader d’autres personnes à adopter une résolution sur des questions conflictuelles exige des capacités à diriger et des compétences qui sont utiles dans n’importe quel lieu de travail ou cadre professionnel.

Toutefois, apprendre à connaître l’ONU par le biais de séances simulées n’est pas une tâche aisée. Les instructeurs et les élèves doivent s’engager à la réussite de l’initiative. La préparation peut être longue : les instructions doivent être très claires afin que les étudiants comprennent leur rôle ainsi que les résultats escomptés sur lesquels ils seront évalués. Il s’agit d’un travail d’équipe et, en tant que tel, dans leur évaluation « les instructeurs doivent éviter de récompenser seulement ceux qui prennent la parole à la tribune9 ». Le financement institutionnel est une condition préalable à la participation aux conférences de « l’ONU mise en scène » aux niveaux national et international. L’utilisation de simulations virtuelles et sur le campus est aussi une alternative viable.

Il existe d’autres voies et d’autres possibilités permettant aux étudiants de se familiariser avec les travaux de l’ONU et, donc, de devenir des citoyens du monde. Un enseignement sur l’ONU doit permettre aux étudiants de se faire une idée de l’ampleur des activités menées par l’ONU dans différentes régions du monde comme, entre autres, le maintien de la paix, la consolidation de la paix, mais aussi les efforts de sensibilisation, la promotion de la compréhension et de l’activisme pour le développement, l’éducation, le développement humain, l’autonomisation des femmes, la sécurité, les modes de vie durables et d’autres buts fixés dans les Objectifs du Millénaire pour le développement. Par l’entremise du Département de l’information des Nations Unies et des programmes affiliés comme l’Impact universitaire de l’ONU (UNAI), les établissement d’enseignement ont une occasion unique d’impliquer les élèves dans des projets promouvant les valeurs des droits de l’homme, l’éducation, les modes de vie durables et la résolution des conflits qui peuvent faire la différence10. Par le biais de l’UNAI et à d’autres occasions offertes par les divers organismes de l’ONU, les étudiants du monde entier peuvent participer à des conférences, s’engager avec leurs pairs à travers le monde, échanger des idées avec les dirigeants mondiaux, faire entendre leur voix et prendre des initiatives en vue d’apporter des changements positifs.

Des initiatives comme celle de l’UNAI leur ont permis d’instaurer des changements positifs dans leur communauté. Ces projets universitaires vont de la construction de gadgets à énergie solaire au tutorat des élèves sous-représentés afin d’explorer les possibilités de l’enseignement supérieur dans le New Jersey11. Ces programmes ouvrent de nouveaux horizons pour l’apprentissage par l’expérience et l’enseignement sur les travaux de l’ONU. Il est reconnu qu’ils offrent aux élèves la possibilité de prendre en charge leur apprentissage, de devenir des agents du changement qu’ils souhaitent voir dans le monde et de devenir les dirigeants de demain qui seront préparés à régler les conflits de manière non violente, comme Gandhi, au moyen du dialogue et de la diplomatie.   ❖

 

Notes

1        http://www.ctaun.org/ accédé le 26 octobre 2013.

2    Le site Web de l’ONU offre des informations de base sur les Nations Unies, leurs structures et leurs fonctions: http://www.un.org/en/. D’autres sources utiles et des visites virtuelles sont fournies par Cyberschoolbus: http://www.un.org/cyberschoolbus/untour/.

3    Andrew Hindmoor, « Internships with Political Science », Australian Journal of Political Science, vol. 45, n° 3, 10 septembre 2010, pp. 484-85.

4        Ibid.

5    Pour plus d’informations, consultez le site : http://www.un.org/Depts/OHRM/sds/internsh/.

6    Phillips, Mary Jones et John P. Muldoon Jr. « The Model United Nations: A strategy for enhancing global business education. » Journal of Education for Business 71, n° 3: 142. Academic Search Complete, EBSCOhost (1996) (accédé le 31 octobre 2013).

7     Muldoon, cité dans Phillips et Muldoon (1996) Ibid (version html).

8    « L’ONU mise en scène » est offerte aux écoles secondaires et aux universités dans le monde entier. Jusqu’à récemment, Monmouth University (New Jersey) offrait une simulation de conférence de l’ONU aux élèves de l’école secondaire. En 2007, l’université a emboîté le pas en proposant le Global Service Project Club ainsi qu’un cours consacré à l’ONU mise en scène afin de préparer à ce type de conférences de l’ONU et d’y participer. En peu de temps, l’équipe chargée de l’ONU mise en scène a suscité un grand enthousiasme sur le campus et offert aux étudiants des opportunités d’apprentissage uniques. Je tiens à remercier Aziz Mama, Liz Anderson et les professeurs Joseph Patten et Thomas Lamatsch pour avoir partagé des informations sur le programme « l’ONU mise en scène » à la Monmouth University.

9    Daniel McIntosh, « The Uses and Limits of the Model United Nations in an International Relations Classroom, » International Relations Perspectives (2001), 2, p. 275.

10  http://academicimpact.org/.

11  Dans le cadre de l’initiative de l’UNAI, Monmouth University, en partenariat avec Big Brothers Big Sisters des districts de Monmouth et de Middlesex, dans le New Jersey, et Asbury Park High School, invitent les élèves à se pencher sur les possibilités de l’enseignement supérieur pour les élèves de l’école secondaire. Cette initiative a également conduit à la création d’une équipe de débat au lycée où des étudiants de la Monmouth University, par le biais de l’apprentissage par les pairs, travaillent avec des jeunes débatteurs dans un partenariat mutuel visant à partager les compétences universitaires et en communication pour assurer le succès des études et des carrières futures.