Avant-Propos

Ce numéro de la Chronique de l’ONU paraît pendant une période de transition pour le magazine du système des Nations Unies. Compte tenu des changements observés dans le monde des médias et des communications mondiales, nous réfléchissons sur la façon dont nous pouvons le mieux servir les fins pour lesquelles cette publication a été créée il y a plus de 70 ans.

Depuis 2007, chaque numéro de la Chronique de l’ONU a été consacré à un thème choisi correspondant à un anniversaire, à une conférence ou à un événement ayant lieu aux Nations Unies ou organisés par celles-ci ou à une question ayant un impact mondial. Le magazine a servi de forum à un groupe de participants diversifié et sérieux venant du monde entier qui ont donné leurs points de vue et fait part de leurs expériences uniques concernant ces questions vitales. Un numéro important de la Chronique de l’ONU a été publié en 2015 pour marquer le 70e anniversaire de l’Organisation avec des contributions de quatre Secrétaires généraux et d’un nombre important de dirigeants et de personnes influentes.  

Aujourd’hui, les magazines traditionnels, qui traitent un thème différent à chaque numéro, sont en déclin tandis que ceux aux contenus plus courts, dans un format numérique, sont en hausse. 

Ce sera la dernière année où la Chronique de l’ONU sera publiée sous sa forme actuelle. En effet, en 2019, nous vous proposerons une nouvelle formule plus moderne du magazine du système des Nations Unies.

Nous nous sommes toujours efforcés de veiller à ce que les auteurs d’articles reflètent la diversité de notre monde et avons cherché à donner la parole aussi bien aux hommes qu’aux femmes.

Ce dernier numéro du magazine dans ce format est différent. Si nous avons maintenu la diversité des expériences et des parcours, les personnes invitées à contribuer à ce numéro sont des femmes qui sont toutes issues du système des Nations Unies. Elles ont joué, et continuent de jouer, un rôle important dans la promotion du Programme 2030 et des activités des Nations Unies menées pour promouvoir la paix, la prospérité et les droits de l’homme. Leur expérience, vaste et diversifiée, montre que les Nations Unies ont pris une mesure essentielle pour réaliser la parité entre les sexes aux postes de haut niveau et, à juste titre, donnent l’exemple. Si de nombreux progrès ont été réalisés, il reste encore beaucoup à faire pour réduire les inégalités entre les sexes et autonomiser les femmes et les filles. Lorsque les femmes sont aux commandes, elles veillent à ce que cet objectif ne soit jamais mis de côté ni ignoré.